twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Postes et Télécommunications : Les conditions de l’émergence du « E-Sénégal »

jeudi 27 janvier 2005

Le ministre des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication fait face, hier, à la presse pour exposer les ambitions de son département pour les cinq ans à venir. Joseph Ndong a présenté la Lettre de politique sectorielle des télécommunications qui est, selon lui, le fruit d’une longue concertation. Le ministre a indiqué que le maître-mot de la ligne de conduite de la politique de son département sera la création des conditions de l’émergence du "E-Sénégal" (Sénégal électronique).

Dans ce dessein, la lettre de politique sectorielle indique clairement devra permettre de relever les défis du 21ème siècle qui ont, entre autres, pour nom en matière de télécommunication accroissement de l’offre de service, facilité d’accès, amélioration de la qualité du service, une disponibilité permanente du Sénégal, promotion du secteur privé et de la concurrence, etc. Ces objectifs globaux consignés dans la lettre de politique sectoriel sont tirés d’une analyse du contexte et d’un diagnostic du secteur des télécommunications qui a fait ressortir un certain nombre d’insuffisances. En effet, les télécommunications au Sénégal souffrent, selon le document officiel du gouvernement, d’un faible taux de pénétration, un manque de transparence pour l’octroi des licences et fréquence, un faible concurrence sur le mobile, etc.

La lettre de politique sectorielle a aussi rappelé que le gouvernement du Sénégal entend, dans la perspective de réalisation de ses ambitions, clarifier son rôle et assurer la primauté de l’État de droit. Pour parachever la libéralisation du secteur, le gouvernement va étudier les options relatives à son désengagement partiel ou total du capital de la Sonatel, principal opérateur.

La lettre de politique sectorielle prévoit aussi l’adoption des textes d’application du nouveau code des télécommunications ainsi le renforcement des capacités de l’agence de régulation. Les autres axes majeurs de la stratégie de développement du secteur portent sur la mise en oeuvre du service universel par une large couverture des zones rurales, la fin des droits exclusifs de la Sonatel qui sera marqué par l’arrivée d’un nouvel opérateur qui disposera d’une licence globale.

Mbaye Sarr Diakhaté

(Source : Le Soleil, 27 janvier 2005)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)