twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Port du bracelet électronique : Les précisions du ministre de la Justice

jeudi 21 mai 2020

Au Sénégal, le gouvernement vient d’adopter le port du bracelet électronique comme un moyen d’allègement des peines de prison. Malick Sall, ministre de la Justice apporte des précisions sur les conditions de l’exécution d’une telle décision.

Ainsi, selon le Garde des Sceaux, il faut impérativement que la personne concernée donne son accord. Ce qui fait, on n’oblige personne à le porter. En plus de cela, il faut tout d’abord l’appréciation du juge.

Le port de bracelet électronique n’est pas connu dans un pays comme le Sénégal. Conséquemment, certaines personnes qui en porteront risquent d’être stigmatisées par la société. Cependant, le ministre de la Justice rassure dans ce cadre. Pour lui, « la personne peut porter le bracelet sans que cela ne se sache. C’est un bracelet extrêmement fin et pas lourd. Si on met le bracelet avec un pantalon il n’y a pas de souci ».

Bracelet électronique avec une technologie de pointe

Cette utilisation de la technologie par le gouvernement sénégalais dans l’aménagement des peines de prison sera matérialisée dans six mois. Fonctionnel par géolocalisation avec une durée qui peut aller jusqu’à vingt ans, le bracelet électronique va s’accompagnes d’une technologie de pointe.

Ainsi, dans un entretien avec la RFM, Malick Sall renseigne que lorsque la personne aura épuisé sa peine, le code du bracelet sera changé et un autre pourra le mettre. Puis, le dispositif de surveillance va être confié soit à la police, soit à l’administration pénitentiaire.

Pour rappel, cette décision prise lors du dernier conseil des ministres est une solution de désengorger les maisons d’arrêt et de correction. L’assignation à résidence avec surveillance électronique devient une alternative à la détention provisoire. En outre, le placement sous surveillance électronique comme mode d’aménagement des peines.

(Source : Social Net Link, 21 mai 2020)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)