twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pleins gaz pour la plateforme e-commerce “Made in Senegal” et “Label Mangue”

mardi 21 novembre 2017

Trois initiatives destinées à stimuler la compétitivité des Micros, Petites et Moyennes Entreprises (MPME) viennent d’être lancées ce lundi à Dakar, au King Fahd Palace. L’événement marque le fruit d’une collaboration entre le Centre du Commerce International (ITC), le Cadre Renforcé Intégré (CIR) et les Gouvernements du Sénégal et des Pays-Bas.

La première initiative, le label « Mangue du Sénégal », est à la fois une norme de qualité et une marque unique offrant aux producteurs, aux transformateurs et aux exportateurs sénégalais la possibilité de promouvoir leurs produits auprès des consommateurs et d’importateurs de plus en plus exigeants en matière de production, de respect du droit des travailleurs et de l’environnement.

L’application de ce label, actuellement limitée à la filière de la mangue, s’inscrit dans une vision plus large qui consiste à doter le Sénégal d’un premier label qualité et d’une marque pays (ou country branding) pour l’ensemble des acteurs du secteur horticole.).

S.E. M. Alioune Sarr, Ministre du Commerce, de la consommation, du secteur informel et des PME : « Grâce à ce label, la mangue sénégalaise peut désormais se positionner au niveaux des standards de qualité des marchés internationaux ».

Mme Arancha González, Directrice exécutive de l’ITC : « En s’armant d’un label de qualité et d’une marque forte, le Sénégal se démarque des autres pays producteurs de mangues. Le Sénégal est en effet le premier pays africain à avoir développé pareil arsenal pour le secteur de la mangue ».

Économie numérique

La plateforme « Made in Senegal/ Fabriqué au Sénégal », quant à elle, appuie la pénétration de produits de 20 MPME sénégalaises sur les marchés internationaux par la voie du commerce électronique.

D’une part, la plateforme permet aux consommateurs locaux et internationaux d’accéder à une variété de produits d’origine sénégalaise – textiles, produits cosmétiques, aliments transformés ; d’autre part, elle propose aux entreprises locales, un ensemble de solutions intégrées avec l’appui d’institutions nationales telles que l’ASEPEX et Trade Point Sénégal (TPS) afin de répondre aux défis du commerce électronique.

M. Bathie Ciss, Secrétaire-Général de l’ASEPEX : « Avec la plateforme Made in Senegal / Fabriqué au Sénégal, les PME sont gagnantes sur tous les fronts : plus d’opportunités, plus de marchés, plus d’exportations ».

Mme Arancha Gonzalez, ITC : « Aujourd’hui, le commerce électronique est essentiel à la compétitivité des MPME et bien plus encore demain. Ce projet montre que l’assistance technique au service du commerce électronique ne saurait être limitée aux aspects transactionnels. L’appui institutionnel est indispensable pour maintenir la présence de produits de qualité en ligne. »

Un pas de plus vers l’internationalisation

L’événement s’est achevé par la signature du protocole d’accord de la quatrième phase du programme Netherlands Trust Fund (NTF IV) en appui au développement du secteur des technologies de l’information et de l’externalisation des processus métiers du Sénégal.

L’accent sera essentiellement placé sur le renforcement des capacités et des compétences de vingt MPME locales afin d’accroître leurs volumes à l’exportation et de faciliter leur internationalisation.

S.E. M. Theo Peters, Ambassadeur des Pays-Bas auprès du Sénégal : « L’intervention des Pays-Bas est un investissement dans le futur de la jeunesse sénégalaise qui montre un intérêt et des compétences significatives dans le secteur à haute valeur ajoutée des technologies de la communication et de l’information. Nous sommes prêts à les accompagner dans ce secteur de l’avenir en construction au Sénégal et les mettre en relation avec les partenaires qui les aideront à atteindre leur potentiel. Une attention particulière sera donnée aux femmes, ce qui explique le lien direct avec le projet SheTrades ».

Le programme sera mis en œuvre en partenariat avec l’ASEPEX – au niveau gouvernemental – et l’Organisation des professionnels des technologies de l’information et de la communication (OPTIC) en vue d’établir un environnement favorable pour les entreprises du secteur.

Ces trois initiatives s’alignent sur le Plan Sénégal Émergent – l’ensemble des réformes gouvernementales destinées à soutenir la croissance économique du Sénégal – et le programme triennal d’investissement prioritaire du Sénégal.

(Source : Social Net Link, 21 novembre 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 449 579 abonnés Internet

  • 10 183 289 abonnés 2G+3G+4G (97,47%)
  • 115 978 clés et box Internet (1,11%)
  • 130 612 abonnés ADSL (1,25%)
  • 17 961 abonnés bas débit (0,17%)
  • 1739 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 006

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 30 septembre 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 299 774 abonnés
- 234 433 lignes résidentielles (78,20%)
- 65 257 lignes professionnelles (21,80%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 septembre 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 403 402 abonnés
- Taux de pénétration : 107,52%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)