twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Plaidoyer pour l’utilisation d’outils de gestion standardisés par les radios communautaires

dimanche 11 avril 2010

Les radios communautaires gagneraient à être plus performantes en se dotant d’outils de gestion standardisés pour répondre de manière efficace aux problèmes de gestion auxquels elles sont confrontées, a estimé récemment à Saly Portudal l’économiste Babacar Diouf.

‘’Pour travailler à l’amélioration du cadre juridique et économique des radios communautaires, il faut arriver à standardiser les systèmes de gestion’’, a notamment dit M. Diouf en marge d’un séminaire organisé à l’intention de l’Union des radios associatives et communautaires (URAC).

‘’En l’état actuel, les radios communautaires n’ont pas les moyens de se payer un expert en gestion et seul un manuel et des instruments standardisés, qui répondent aux mêmes normes en vigueur dans la communauté UEMOA, leur seraient d’une grande utilité’’, a encore dit Babacar Diouf qui dirige par ailleurs la radio Ndef Leng FM.

Néanmoins, cette démarche doit être accompagnée d’une formation dans les langues nationales pour permettre à ceux qui dirigent ces radios d’être mieux outillés pour élaborer leur plan de trésorerie ou dégager les éléments constitutifs d’un budget prévisionnel, a-t-il estimé.

‘’L’alphabétisation dans les langues nationales pour certains gestionnaires des radios est un besoin spécifique de formation. Elle est une réalité et il faut en tenir compte. Ils doivent aussi savoir gérer le peu de ressources dont ils disposent de manière optimale’’, a-t-il insisté.

Il a aussi plaidé pour que la radio soit communautaire et que toutes les autres structures qui la contrôlent, le comité de gestion ou le conseil d’administration, soient améliorées, par la mise en place des règles de bonne gouvernance et l’amélioration de l’environnement politique de la radio communautaire.

De même, il a insisté sur la mise en place d’un cadre juridique clair qui permette de situer les responsabilités au plan financier et juridique.

Organisé par le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (CNRA), le séminaire destiné à l’URAC s’est tenu les 8 et 9 avril derniers.

(Source : APS, 11 avril 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)