twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pierre-Jean Loiret : L’Université virtuelle Africaine, histoire d’une mise en scène

vendredi 30 septembre 2005

Ce mémoire a été soutenu en septembre 2005 par Pierre-Jean Loiret dans le cadre d’un Master recherche en sciences de l’éducation rédigé sous la direction de Jacques Wallet au Laboratoire CIVIIC de la Faculté de Psychologie, sociologie et sciences de l’éducation de l’Université de Rouen.

Cette recherche retrace les évolutions successives de l’UVA depuis sa conception en 1995-97 jusqu’à 2005, détaille ses filiations idéologiques, la resitue dans le cadre de l’évolution de l’usage des médias dans le système éducatif africain et dissèque son discours institutionnel au regard des ses résultats réels. L’auteur est un spécialiste de l’enseignement à distance qui exerce au sein d’une agence de coopération francophone.

Création de la Banque mondiale, présente à la fois dans les pays francophones et anglophones d’Afrique, l’UVA se situe au cœur des réflexions de plusieurs grands organismes internationaux et bailleurs de fonds sur l’avenir, le rôle de l’enseignement à distance (EAD) en Afrique. Pourquoi ? C’est le premier questionnement de ce mémoire, les deux premières parties y sont consacrées. Comment ? C’est la seconde problématique. Les troisièmes et quatrièmes parties s’attachent à analyser les discours des concepteurs et planificateurs de l’UVA en les confrontant avec leurs réalisations effectives sur le terrain.

Que se passerait-il, se demande l’auteur en conclusion, si l’UVA disparaissait subitement d’Afrique francophone ? « Vraisemblablement rien. Quelques dizaines d’ordinateurs, qui de toute façon ne lui appartienne pas, se verraient rapidement affectés à un autre usage. Quelques dizaines de jeunes étudiants trouveraient à s’inscrire dans une Université traditionnelle ».

Pour tout contact avec l’auteur : pjloiret@free.fr

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 12,4 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 2 294 036 abonnés Internet

  • 1 992 762 abonnés 2G+3G (86,09%)
  • 163 397 clés Internet (7,1%)
  • 106 733 abonnés ADSL (4,7%)
  • 31 144 abonnés RTC (1,4%)
  • 418 liaisons louées

- Taux de pénétration des services Internet : 16,91%

(ARTP, 31 décembre 2013)

- 2 269 681 utilisateurs d’Internet
- Taux de pénétration : 17,5% de la population

(UIT juin 2012)

- 3475 noms de domaine enregistrés en .sn
- 3178 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal mars 2012)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 343 718 abonnés
- 1812 lignes publiques
- Taux de pénétration : 2,53%

(ARTP, 31 décembre 2013)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 13 133 772 abonnés
- Taux de pénétration : 96,80%

(ARTP, 31 décembre 2013)

FACEBOOK

- 730 940 utilisateurs
- 5,93 % de taux de pénétration de la population totale
- 36,74% de taux de pénétration de la population en ligne
- 12ème rang africain pour le nombre d’utilisateurs
- 93ème rang mondial pour le nombre d’utilisateurs
- 18ème rang africain pour le taux de pénétration
- 157ème rang mondial pour le taux de pénétration

(Socialbakers, 27 avril 2013)