twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Passation des marchés du fichier électoral : Éclairage sur le « scandale » des cartes numérisées (1)

lundi 18 décembre 2006

La semaine dernière a été marquée par ce que la presse a appelé le « scandale des cartes numérisées ». Un « scandale » portant sur des décaissements et des versements de plus de 300 millions de francs Cfa ! Tout serait parti d’un contentieux opposant la société Sygma Technologie à un de ses employés, le nommé El Hadj Ndiaga Fall. Cette société appartiendrait à Thierno Ousmane Sy, Conseiller spécial du président de la République chargé des Nouvelles technologies de l’information et de la communication et à son frère, Arona Sy. M. Fall aurait procédé à trois décaissements (155, 37 puis 98 millions de francs Cfa) en faveur des deux frères Sy. Le contentieux serait intervenu à la quatrième transaction. M. Fall, après avoir encaissé la somme, aurait tout simplement refusé de la reverser aux frères Sy. Cette somme représenterait sa part dans l’opération.

Réagissant à cette présentation des faits, Thierno Ousmane Sy a dit se consacrer exclusivement à son rôle de Conseiller spécial du président de la République chargé des Ntic. De ce fait, la gestion de la société « Genesis » ne relève plus de lui. De même, il a déclaré n’être jamais intervenu « à quelque titre que ce soit, dans la conclusion ou l’exécution du marché relatif à la confection des cartes numérisées qui est de la compétence du Ministère de l’Intérieur ». Quant aux opérations retracées dans les documents joints au texte, M. Sy les dit régulières, car « passées de façon totalement transparente au travers d’établissements bancaires agréés dans des comptes ouverts à (son) nom. Il met sur le compte de cette collaboration un appui qu’il a souvent apporté à El Hadj Ndiaga Fall dans le cadre des activités de ce dernier et « en termes d’avances de fonds à rembourser ». Et cela, « depuis une dizaine d’années » ! Dans ce registre, M. Sy cite, « après vérifications », l’une des opérations (30 millions de francs Cfa) qui a eu cours « avant la signature et l’exécution du marché des cartes numérisées ». Preuve, selon lui, qu’il y a une absence de lien. Enfin, le Conseiller spécial du président de la République chargé des Ntic souligne le fait qu’aucun membre de la famille Sy ne soit concerné par la société Sygma Technologies. Il se limite à dire qu’une procédure judiciaire oppose cette société à la société Horimex, mise sur pied par El Hadj Ndiaga Fall.

Reçu par « Le Soleil », El Hadj Ndiaga Fall, le supposé accusateur de la famille Sy, revient sur cette affaire.

El Hadj Ndiaga Fall : « Aucun lien entre les remboursements des sommes prêtées par Thierno Ousmane Sy et les cartes numérisées ! »

Thierno Ousmane Sy, Conseiller spécial du président de la République chargé des Ntic, aurait été mis en cause par vous-même pour un scandale lié aux marchés des cartes numérisées. Vous confirmez ?

Je n’ai jamais dit que Arona Sy était derrière Sygma et je n’ai jamais parlé du projet des cartes numérisées ; je n’ai jamais parlé de corruption ni de commissions. J’ai simplement expliqué le mécanisme de ma coopération avec Arona Sy et son frère (Thierno Ousmane Sy, ndr) avant qu’il rejoigne la Présidence de la République. J’ai expliqué que nous travaillions en bonne intelligence et que j’avais respecté mon engagement en remboursant en partie les sommes qu’ils m’avaient prêtées. Nous avions fait des reconnaissances de dette et Arona Sy avait même une double signature sur mon compte afin de sécuriser les prêts qu’il me faisait. Je dispose de tous ces documents et je refuse qu’on se serve de moi pour atteindre la famille Sy ! Ce sont les mêmes documents qui ont été utilisés pour illustrer des propos qui n’ont jamais été les miens. Je m’en excuse aujourd’hui auprès de la famille Sy, pour le mal que tout cela a pu causer.

Quels étaient vos rapports avec Sygma Technologies ?

Je leur fournissais des équipements informatiques. On a fait plusieurs transactions. La dernière a posé problème, car je n’avais plus de financement. J’ai travaillé avec Genesis pendant deux ans environ. L’année dernière, j’ai décidé de voler de mes propres ailes en créant Horimex pour valoriser l’expérience acquise auprès de Genesis et vendre des équipements informatiques. M. Arona Sy m’a aidé financièrement à monter cette structure et Ousmane Sy lui avait dit qu’il ne le regretterait pas, car il connaissait mon sérieux dans le travail.

Et comment cette collaboration se passait-elle ?

Au début, tout se passait bien. Quand j’avais un marché, je venais les voir pour qu’ils me financent. Arona Sy voyageait beaucoup, car il avait décidé de se consacrer à la prestation de services en dehors du pays. Je contactais donc parfois Ousmane Sy qui, dans l’urgence, m’aidait, à titre privé, à faire face financièrement à mes obligations professionnelles. Je lui remboursais directement son argent. À ce propos, il est de mon devoir de musulman de préciser que Ousmane Sy ne me demandait rien d’autre que de lui rembourser les sommes prêtées. Il ne faisait pas de profit sur mes opérations. Il a, je le sais, toujours eu une estime particulière pour moi et disait en privé : « Vous savez, Ndiaga est ce type de Sénégalais qui, s’il est aidé et reste patient, décrochera un jour la lune ». Le rapport que j’avais avec lui était différent ; il était affectif et il ne s’intéressait plus au business depuis qu’il avait rejoint la Présidence.

Quel lien y a-t-il entre les remboursements des sommes que vous prêtait Thierno Ousmane Sy et les cartes numérisées ?

(Soupirs) Mais aucun ! C’est avec surprise que j’ai lu les journaux qui tentaient d’établir un lien. Quand j’ai entendu des politiques en parler à la radio, j’ai compris qu’il y avait une récupération politique de l’affaire privée qui me concernait. De grâce, je suis un opérateur privé, point à la ligne. Thierno Ousmane Sy me prête de l’argent à titre privé depuis plusieurs années, cartes numérisées ou pas. Cela n’a rien à voir avec l’État. Rien.

Pourquoi ne pouviez-vous plus financer vos activités ? Arona Sy ne vous finançait plus ?

C’est cela ! En plus, il me demandait de lui rembourser les fonds qu’il m’avait avancés. Je ne pouvais pas le faire, car cela aurait signifié l’arrêt de mes activités. Je lui ai demandé de patienter et de me laisser boucler la commande de Sygma. Mais, il a refusé. Comme je n’avais plus de trésorerie et que j’avais également des problèmes familiaux, je ne pouvais plus respecter mon contrat avec Sygma qui a procédé à une saisie de mon compte. Je regrette vraiment que cette affaire ait pris une telle ampleur. Mais, encore une fois, je répète que mes propos ont été déformés. L’intervention de M. Ousmane Sy à la radio et dans les journaux est exacte à tous points de vue et a permis de rétablir la vérité. Je ne veux pas être l’instrument de querelles à travers les médias. Ce que je veux, c’est retrouver une vie normale et je demande à toutes ces personnes qui m’appellent pour avoir des infos sur la famille Sy et leurs activités de me f... la paix !

Avez-vous effectivement demandé à Thierno Ousmane Sy d’intervenir en votre faveur dans votre procès contre Sygma Technologies ?

Comprenez que je fusse désemparé et lui eusse donc effectivement demandé son aide. Il a refusé en disant que c’était contraire à la morale et en me précisant que même s’il demandait à son père une aide de quelque nature que ce soit, celui-ci la refuserait au regard du type d’éducation qu’il lui avait donné.

Propos recueillis par Badara Diouf

(Source : Le Soleil, 18 décembre 2006)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)