twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Passage de l’analogique vers le numérique : Amoindrir les coûts de la transition

jeudi 12 décembre 2013

L’élaboration d’une stratégie nationale de transition numérique nécessite des financements, aussi bien dans sa mise en œuvre que dans le remplacement des télévisions analogiques et/ou l’achat de setop box pour les familles nécessiteuses.

Ainsi, l’adoption des mécanismes économiques visant à minimiser les coûts de transition semble être une préoccupation majeure pour les autorités. C’est ce qui est ressorti des recommandations de l’atelier national sur la feuille de route communautaire de la transition numérique dans l’espace de l’Union Economique Ouest Africain (UEMOA) clôturé avant-hier, mardi.

Dans un communiqué parvenu à la rédaction, le Président du Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel (Cnra), Babacar Touré, exhorte l’Etat du Sénégal à assurer le service universel pour tous.

L’atelier sur la transition de l’analogique vers le numérique organisé par la Commission de l’Union Economique Ouest Africain (Uemoa) qui a été clôturé, mardi dernier, a été un cadre pour une réflexion sur les mécanismes de financement de la TNT (Télévision Numérique Terrestre).

Il était question pour les acteurs du secteur des télécommunications, et entre autres des partis politiques, de donner quelques recommandations au gouvernement pour faire face aux importants investissements que requiert la transition numérique.

En effet, il urge de mettre sur pied dans l’application du passage vers le numérique des mécanismes économiques visant à minimiser les coûts de transition.

Ainsi, dans communiqué parvenu à la rédaction, le Président du Conseil national de Régulation de l’Audiovisuel (Cnra) exhorte « l’Etat du Sénégal à assurer le service universel pour tous.

Et permettre aux différents opérateurs d’être disponibles partout, de produire et véhiculer des contenus appropriés, pas seulement dans les endroits où la demande est solvable ». Pour Babacar Touré, « le maître-mot ici est « le numérique pour tous », au regard des formidables enjeux de société qu’il charrie ».

Au terme de cet atelier d’information et de concertation pour une transition réussie, les participants- au-delà de mettre les moyens financiers nécessaires à la disposition du Contan pour la réussite du processus, ont soutenu l’idée de prendre des mesures fiscales pour exonérer l’importation des équipements entrant. Il s’agit entre autres de l’accès du public aux supports de réception à des coûts abordables et la mise en place d’un dispositif d’aide aux ménages démunis.

« Après la tenue de cet atelier, nous partons sur de bonnes bases pour que l’Etat facilite la réponse aux attentes et besoins avant la date butoir du 17 juin 2015 que nous devrons absolument respecter », a fait savoir Amadou Top, le directeur exécutif du Contan.

Avant de poursuivre : « les autorités et les partenaires devront prendre en compte les intérêts spécifiques des divers segments d’acteurs et usagers qui composent la société et l’économie de notre pays. ».

Sur le plan juridique, il ressort des recommandations la mise en place des dispositions réglementaires pour interdire l’importation et la vente des postes téléviseurs analogiques et numériques non conformes dans les meilleurs délais. Ceci dans la perspective de procéder à la collecte et au recyclage des récepteurs TV analogiques.

« Les enjeux dépassent nos personnes et intéressent toute la société sénégalaise. Personne ne doit être, ni se sentir exclu des opportunités qu’offre le passage de l’analogique au numérique. Il doit être un processus structurant et fédérateur.

C’est pourquoi nous en appelons à la constitution d’une vaste alliance pour le développement et l’appropriation du numérique par tous les segments de notre population, aussi bien dans les villes que dans les campagnes », souligne Babacar Touré.

Ibrahima Diallo

(Source : Sud Quotidien, 12 décembre 2013)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)