twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Partenariat : Microsoft s’engage à réduire la fracture numérique à l’école

mardi 26 octobre 2004

C’est pour contribuer à briser la fracture numérique à l’école que la multinationale Microsoft a signé un partenariat avec le ministère de l’Éducation. Grâce à cet accord, trois millions d’élèves et étudiants vont bénéficier de l’accès à un ordinateur.

Le responsable pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique, de Microsoft, M. Jean Philippe Courtois et M. Moustapha Sourang, ministre de l’Education ont signé hier un accord de partenariat éducatif. Dénommé en Anglais "Partners In Learning", il symbolise l’appui de cette multinationale à l’éducation aux nouvelles technologies pour le système éducatif sénégalais.

Lors de la rencontre d’hier, M. Courtois a rappelé les termes de ce programme de partenariat, après avoir félicité le président de la République pour sa posture "visionnaire" quant au rôle des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) dans le système éducatif et pour son engagement à réduire la "fracture numérique".

C’est afin de résorber ce fossé qui sépare les pays du Nord des pays du Sud que Microsoft a manifesté un intérêt pour le développement via l’éducation aux TIC. Dans ce cadre, le plan "Partners In Learning" (PIL) se décline en quatre objectifs prioritaires : la formation des enseignants, la gestion du système éducatif par le biais de progiciels adaptés, la mise en commun des ressources et des savoirs grâce à un portail pour les enseignants et la création des "IT Academies".

Celles-ci sont des structures qui vont être mises en place au niveau de l’Enseignement supérieur, afin de délivrer aux étudiants un certificat attestant de leur parfaite utilisation des logiciels de Microsoft. Ainsi, ils pourront aisément faire valoir leurs qualifications tant sur le marché national de l’emploi que sur le marché international. Former les enseignants et les élèves, les ancrer dans le monde des TIC pour leur permettre de participer au développement de leur pays, tel est un autre objectif de ce partenariat qui va avoir lieu de la petite école à l’université.

M. Moustapha Sourang a ainsi tenu à remercier Microsoft des efforts faits en direction du système éducatif, et qualifié cet accord "d’acte fondateur pour l’école sénégalaise". C’est donc dire qu’il fonde beaucoup d’espoir dans cet engagement pour cinq ans, signé avec cette multinationale du logiciel.

Les avantages induits par le "PIL" sont les suivants : mise à disposition d’ordinateurs et de logiciels à des prix intéressants, création d’un portail permettant aux enseignants d’échanger donc de progresser, etc.

Dans le cadre de l’Université du Futur, un nouvel accord est possible

Compte tenu de toutes ces possibilités, Moustapha Sourang souhaite faire des TIC un facteur d’éducation, de modernité et de citoyenneté. Il a indiqué que des projets d’école ou d’établissements seront rapidement étudiés et financés, s’ils s’orientent dans le secteur des nouvelles technologies.

Avec la mise en œuvre de cet accord et les autres avantages du système éducatif, le ministre Sourang veut atteindre l’objectif de 10.000 ordinateurs utilisables dans toutes les écoles. 60 % des bacheliers pourront exercer un métier lié à l’Informatique, a dit Moustapha Sourang.

Il a par ailleurs souligné que, dans le cadre de l’Université du Futur Africain, qui formera les titulaires de Licence ou Maîtrise aux sciences de pointe, un nouvel accord était envisageable. M. Courtois a confirmé en soulignant les efforts qui ont été faits par le gouvernement pour aider les bacheliers littéraires à se familiariser avec l’outil informatique. Il s’est aussi défendu de tout accord commercial réalisé en contrepartie du programme "Partners In Learning", en rappelant qu’il ne concerne pas uniquement le Sénégal mais aussi dix autres pays d’Afrique, "preuve donc de la stratégie désintéressée et humaniste que mène Microsoft, qui, il faut le dire, espère cependant conquérir un marché en devenir", explique M. Courtois.

MADELINE MALHAIRE

(Source : Le Soleil, 26 octobre 2004)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)