twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Paiement électronique : Quand des commerçants résistent à la digitalisation

vendredi 18 juin 2021

Les modes de paiement électroniques, particulièrement par transfert d’argent, sont de plus en plus usités par les commerçants. Mais, certains préfèrent le comptant, le jugeant moins contraignant.

Mourtada Mbodj est en pleine activité dans son magasin situé au marché « Église ». Il essaie de répondre aux besoins de son client venu acheter quelques articles. Ce dernier finit par payer cash au grand bonheur du grossiste. Le sieur n’est pas un grand fan des paiements par transfert d’argent. « Je n’ai même pas de compte pour ces modes de paiement », dit-il sans détour. Le commerçant n’en voit pas l’utilité : « Ce n’est pas pratique », juge-t-il. Malgré certaines demandes de ses clients, le grossiste reste sur sa décision. « Je n’accepte pas ces transactions. Je préfère le comptant », affirme-t-il comme pour clore le débat.

La boutique d’Astou Diaw est située à quelques pas de celle de Mourtada. L’échoppe est bien remplie. Parfum, lotion, shampoing, lait de corps, on y trouve un peu de tout. Assise à l’entrée, la jeune femme est à l’affût de potentiels acheteurs en cette matinée. Elle fait aussi partie de ceux qui n’adoptent pas le paiement par transfert d’argent. « Je demande toujours au client de régler comptant l’article », déclare-t-elle. La trentenaire trouve ce mode de paiement laborieux. « Je me vois mal aller retirer l’argent. C’est une perte de temps », estime-t-elle. Une corvée dont la vendeuse se passe bien.

Djiby Ndiaye considère également le paiement par transfert d’argent comme une perte de temps. « Je n’accepte pas les paiements par transfert d’argent », tonne-t-il. Ce vendeur de vaisselles n’est pas fan des paiements digitaux. En dépit des sollicitations de ses acheteurs, il campe sur sa décision. « Je ne fais pas confiance à ces pratiques. J’opte pour le cash. C’est plus rassurant », assure-t-il.

Adama Ndiaye est vendeur de tissus. Trouvé dans son échoppe, il s’affaire à la découpe d’un tissu « fil à fil ». Le visage perlé de sueur, un centimètre autour du cou, le commerçant termine par emballer l’étoffe destinée à la vente. Le quadragénaire a décidé de ne plus accepter les modes de paiement électronique. « Je n’ai plus confiance à cause des arnaques. Je suis retourné au mode de paiement classique », se justifie-t-il. Le commerçant reste intransigeant sur la question. « Je demande à l’acheteur d’aller retirer l’argent et de revenir payer son tissu », dit-il catégorique.

Arame Ndiaye

(Source : Le Soleil, 18 juin 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)