twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Page Facebook d’Ibrahima Fall - 10.000 membres en deux mois ! Le début d’une belle histoire ?

mercredi 28 septembre 2011

Qui disait que le candidat Ibrahima Fall est méconnu des Sénégalais ? Qui disait qu’il ne mobilisera pas les jeunes ? La page Facebook d’Ibrahima Fall vient d’atteindre la barre des dix mille (10.000) « adhérents », vendredi dernier. Créée en juillet 2011, donc bien des années après celles d’autres candidats déclarés qui payent de surcroît une publicité, la page du candidat du Mouvement Takham Teem est devenue en l’espace de deux mois seulement, leader dans la mobilisation « d’adhérents ». Elle connaît un succès fulgurant. De là, à dire qu’il a déjà gagné les prochaines élections présidentielles, il n’y a qu’un pas, mais sachons raison garder. La présidentielle est encore loin et puis ce n’est pas Facebook qui élit les chefs d’Etats, sinon il aurait déjà gagné ! Tout de même, le fait est que, Facebook, ayant largement contribué à façonner par exemple ce qu’est devenu le printemps arabe, est devenu un baromètre non moins négligeable de la vie des nations et des sociétés.

Dés lors, il s’agit plutôt de s’interroger sur l’intérêt toujours grandissant que les Sénégalais accordent au candidat Fall. Alors que des observateurs, très tôt, dès l’annonce de sa candidature, avaient théorisé sur son incapacité à mobiliser les jeunes, sur le fait qu’il était méconnu dans le pays, lui, tisse sa toile et apparaît petit à petit comme une alternative crédible au régime de Abdoulaye Wade. Effet de mode ou éclaircie passagère, en tout cas, cette nouvelle donne mérite d’être analysée.

La première raison qui expliquerait cet intérêt est, sans nulle doute, la volonté largement exprimée des Sénégalais de trouver « la perle rare ». Autrement dit, devant une classe politique constamment amorphe, des hommes politiques majoritairement discrédités, souvent incapables de constance et de cohérence, le « waax waxeet » avoué et pratiqué par bon nombre d’entres-eux, l’idée est venue chez bon nombre de Sénégalais ‘’d’aller voir ailleurs’’ et de briser cette idée reçue qui veut que le chef d’Etat soit élu uniquement par un appareil politique. Ibrahima Fall rempli véritablement ce critère. Il a une virginité certaine en politique, ne traîne pas de casseroles et donc pourrait-être cet ailleurs que ses concitoyens prospectent tant.

La seconde raison découle de la première. La nouveauté, les électeurs sénégalais n’aiment pas trop. Ils aiment bien élire quelqu’un qu’ils ont longtemps pratiqué. Sauf que, sous ce registre Ibrahima Fall n’est pas tout à fait un inconnu. Professeur de droit durant des années à l’université Cheikh Anta Diop et ministre de deux importants départements (Enseignement supérieur et Affaires Etrangères) dans la décennie 80-90, il a une connaissance aigue de l’Etat et de l’administration. Cette connaissance lui sera extrêmement utile au moment de la reconstruction, eu égard à l’état actuel de nos institutions (complètement en lambeaux et le mot n’est pas fort).

Le troisième point qui, me semble t-il, expliquerait le succès d’Ibrahima Fall (et c’est le plus fondamental) est lié à la personnalité du bonhomme. Il est établi, la prochaine présidentielle se jouera sur le terrain de l’éthique donc des valeurs. Au-delà, du charisme et de la compétence que les électeurs rechercheront assurément chez tout candidat, les Sénégalais face à la corruption, à la mal gouvernance, examineront avec minutie, parmi les prétendants à la magistrature suprême, celui ou celle qui défend le mieux et surtout qui incarne le plus les valeurs d’éthique, de justice et d’honnêteté. Ibrahima Fall semble incarner ces valeurs.

En février 2012, les Sénégalais choisiront un nouveau président. Ibrahima Fall est bien parti pour y arriver. Certains diront, ce n’est que Facebook et d’autres tenteront une explication : « Ibrahima Fall est populaire au niveau de la diaspora sénégalaise et c’est elle qui a le temps d’aller sur Facebook ». Ce point de vue n’est pas tout à fait faux, mais quel candidat aujourd’hui cracherait sur les voix de la diaspora ?

Si réellement la diaspora est derrière Ibrahima Fall, c’est déjà ça de gagné...

Pour la petite histoire, la page Facebook de Ibrahima Fall a ajouté 1000 Fans supplémentaires, depuis le franchissement de la barre fatidique des 10.000 et est en train désormais de dépasser allègrement les 11.000 « adhérents ». Décidément cet homme est en train de raconter une histoire... Une belle en plus !

Amadou Bator Dieng
Journaliste & consultant indépendant
amadoubatordieng@gmail.com
Sacré-Cœur 3 Dakar

(Source : Le Populaire, 28 septembre 2011)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)