twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ousseynou Dieng, expert en management de l’audiovisuel et des TIC : « le Sénégal a bien réussi le passage vers le numérique »

vendredi 12 février 2016

Le Sénégal aurait réussi son passage de l’analogie vers le numérique, en dépit des limites que rencontre la transition de la Télévision numérique terrestre (Tnt), notamment avec le déficit de décodeurs. C’est du moins la conviction d’Ousseynou Dieng, expert en management de l’audiovisuel et des Tic, qui estime par ailleurs que l’audiovisuel, au même titre que les télécoms, est un secteur porteur d’emploi qui nécessite un cadre juridique. Il s’exprimait hier, jeudi 11 février, en marge de l’atelier initié par le Synpics sur la Tnt.

Effective au Sénégal depuis le 15 juin dernier, la transition de la Télévision analogique vers la Télévision numérique terrestre (Tnt) suscite moult interrogations, dont sa réussite au Sénégal. Si l’on se fie aux propos d’Ousseynou Dieng, le pays a vraiment réussi le passage de l’analogie vers le numérique. En effet, de l’avis de l’expert en management de l’audiovisuel et des Tic, « si c’était un examen et qu’il faut avoir la moyenne pour passer, je dirais que le Sénégal va passer parce qu’il a plus que la moyenne pour passer ». Poursuivant, il a fait savoir que « si c’était un concours, j’allais dire que le Sénégal est passé car en Afrique de l’Ouest, et même en Afrique francophone, c’est le Sénégal qui a réussi le passage en dehors du Maroc qui est en train de revoir d’ailleurs son redéploiement ». A l’en croire, le réseau couvre aujourd’hui 80% du territoire, à travers 5 grands centres qui couvrent 9 régions sur les 14.

Cependant, Ousseynou Dieng fait remarquer qu’il y a bien entendu des défaillances dans ce passage au numérique. Comme principal couac noté, il a évoqué la question de l’insuffisance des décodeurs. Selon l’expert, sur les 865.000 décodeurs commandés par l’Etat du Sénégal, seuls 405.000 ont été distribués sur l’ensemble du territoire.

Pour autant, M. Dieng se dit rassuré quant à la réussite de la transition. Pour cause, il explique que « la rentabilité est gagée sur l’exploitation financière de son bouquet ». En réalité, l’Etat exploite la moitié des chaines du réseau, environ 36 chaines et le partenaire (Excaf) exploite les 36 autres chaines suivant une base de Tnt payante. Par conséquent, il a indiqué que l’opérateur Excaf est obligé de livrer la totalité des décodeurs et procéder aux abonnements pour assurer son retour sur investissement. Il a par ailleurs révélé que c’est de l’intérêt de tous, qu’Excaf réussisse sa mission, dans la mesure où « c’est un opérateur national, qui engage des citoyens sénégalais et qui protège l’emploi ».

Dans un tout autre registre, notamment la place du professionnel des médias dans un écosystème numérique, M. Dieng est d’avis qu’il faut s’adapter aux modes d’organisation, avec notamment la création d’un Smart City, d’un Data center, d’un BOP Offshore, des centres de production audiovisuelles, etc. Ainsi donc, selon lui, l’audiovisuel est aujourd’hui un secteur porteur, au même titre que le secteur des télécoms.

Par conséquent, estimant que l’audiovisuel a un grand rôle à jouer dans cet écosystème numérique, il a jugé nécessaire de professionnaliser le secteur. « Tout cela milite en faveur de la mise en place d’un cadre juridique capable de soutenir les évolutions technologiques et d’enclencher la dynamique de développement du secteur de l’audiovisuel », a-t-il conclu.

Installer les professionnels des médias au cœur de la TNT

Il faut en outre noter que des recommandations ont été faites par le Synpics, après 2 jours d’atelier sur la Tnt, grâce au concours de la fondation Friedrich Ebert Stiftung. On peut citer, entre autres, la nécessité de mettre les professionnels de la communication au cœur de la Tnt, en renforçant leur capacité et en démultipliant la formation sur les grands chantiers numériques de l’Etat. Autres recommandations, et pas des moindres, l’appel lancé à l’Etat pour le vote du Code de la presse, ainsi que de la Convention collective. Il en ressort aussi la question de la facilitation de l’accès aux sources d’information (ministères par exemple), tout comme la disponibilité d’un fond de financement de la presse et la prise en compte des attentes des médias au prochain conseil interministériel, pour ne citer que ceux-là.

Jean Michel Diatta

(Source : Sud Qutotidien, 12 février 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)