twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ousseynou Dieng du CONTAN : « Excaf Télécom a proposé un modèle économique qui répond aux attentes »

mercredi 17 juin 2015

Ils étaient 18 autres soumissionnaires qui étaient pour l’essentiel de grandes firmes étrangères à avoir participé à l’appel d’offres relatif à la mise en place d’infrastructures de multiplexage, de transport et de transmission en mode numérique. Après dépouillement, c’est le groupe Excaf Télécom qui a été retenu pour la gestion de la transition numé- rique. A en croire Ousseynou Dieng, membre du Contan, cet opérateur a proposé un modèle économique capable de répondre aux nombreuses attentes.

L’Etat du Sénégal a décidé de confier la gestion du projet de transition de l’analogie vers le numérique au groupe Excaf Télécom, un des pionniers du paysage de l’audiovisuel du Sénégal. Un secteur qui n’est pas encore économiquement rentable comparé aux télécommunications, d’après Ousseynou Dieng, expert en management audiovisuel au Contan. C’est pourquoi, explique-t-il, il est difficile de trouver des privés qui acceptent d’y investir. En plus la production coûte cher, et il y a un problème pour alimenter les chaînes. « Après l’appel d’offres, nous nous sommes entendus sur l’opérateur groupe Excaf qui était prêt à investir la totalité des financements estimés à 40 milliards de FCfa pour construire l’infrastructure pour le compte de l’Etat », indique M. Dieng.

En effet, ce groupe a proposé un modèle économique innovant qui repose sur la mobilisation d’un financement de la totalité des investissements nécessaires, y compris les 865.000 décodeurs prévus pour les foyers (raccordés à l’électricité), le tout à environ 40 milliards de FCfa. En contrepartie, le groupe Excaf bénéficie de deux canaux multiplex sur les quatre disponibles, soit l’équivalent de 40 chaînes qu’il va commercialiser à travers le bouquet payant. « Nous ne regrettons pas d’avoir choisi ce modèle, car la plupart des pays avec lesquels nous cheminons dans la sousrégion sont bloqués à cause d’un financement », rassure l’expert en management de l’audiovisuel. Ajoutant que ce modèle a permis, aujourd’hui, de bâtir l’infrastructure.

Il soutient qu’avec 40 chaînes, on peut promouvoir les cultures que nous voulons avec beaucoup de thématiques. Toutefois, M. Dieng estime qu’il nous faut des contenus adaptés à nos problématiques de développement social, économique et environnemental. « C’est là l’utilité de la télévision. Nous avions exigé à l’opérateur de nous bâtir une infrastructure Tnt, et lui avons demandé aussi de faire en sorte que les décodeurs qu’il va fournir soient capables d’offrir des services interactifs via internet », d’après Ousseynou Dieng.

« Il n’y aura pas d’écran noir le 17 juin » L’expert en management audiovisuel tente de rassurer ceux-là qui pensent qu’à la date du 17 juin, leurs télévisions ne vont plus fonctionner. A l’en croire, il n’y aura pas d’écran noir à ce jour qui marque la fin du délai. Cependant il pré- cise qu’aujourd’hui, les localités Dakar, Thiès, Macké, Saint-Louis sont en état de basculer avec leurs émetteurs qui ont été allumés. « A partir du 17 juin, nous allons avoir un simulcast, c’est- à-dire la période qui permettra la cohabitation simultanée de l’analogie et du numérique », souligne M. Dieng. Expliquant que dans les autres pays, cela se fait par basculement progressif. Selon lui, le seul risque auquel l’Union internationale des télécommunications (Uit) veut veiller, c’est que quand vous basculez dans un pays, il faut tenir compte du voisinage qui est obligé de baisser ses émetteurs, de faire en sorte qu’ils ne puissent pas porter de brouillage. « Dans la sous-région, nous n’avons aucun pays qui est en train de construire son infrastructure », a-t-il fait savoir.

Relevant que le principal problème réside dans la disponibilité des décodeurs. A ce titre, M. Dieng admet qu’il a actuellement une forte pression sur l’industrie de fabrication de décodeur qui fait que la demande s’accentue.

Pour sa part, Adama Sow, directeur numérique de Groupe futurs média (Gfm), déclare que le groupe Excaf, l’opérateur de multiplexage, a construit l’essentiel de l’infrastructure qui consiste à transporter le signal des 17 chaînes de télévisions du Sénégal partout dans le territoire national. « Je pense qu’au 17 juin, 75% de la population recevront ces chaînes dans des conditions numériques. Au moins les régions de Dakar, Thiès, Diourbel, Kaolack et Ziguinchor basculeront au numérique dans les délais », estime-t-il. Avertissant que le Sénégal, dans sa totalité, ne pourra pas basculer à la date échue.

A l’en croire, Excaf a pris les dispositions avec les infrastructures, mais c’est la disponibilité des décodeurs numériques à cette date qui va être le talon d’Achille. « D’ici le 17 juin, c’est presque impossible de distribuer un million de décodeurs sur l’ensemble du territoire. Donc le 17 juin, le Sénégal va commencer à basculer au numérique dans les grandes régions et le reste du pays va suivre dans les semaines qui vont suivre. Le Sé- négal est l’un des rares pays africains à entamer son basculement », fait constater Adama Sow. Si l’on se fie au rapport 2014 du Cnra, le cœur de réseau abritant le centre de multimédia et de supervision a été réalisé. La région de Dakar est actuellement couverte et les premiers tests effectués sont concluants. L’implantation des 29 sites de diffusion prévus à travers le territoire national a démarré avec celui de Thiès. Un planning de déploiement en étape (zone Centre-Ouest, zone Centre et Nord-est, zone Nord, zone Sud et Sud-Est) a été arrêté en rapport avec le partenaire techniques et financier, Excaf.

Abdou Diaw et Ibrahima Ba

(Source : Le Soleil, 17 juin 2015)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)