twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Oumar Diallo, formateur : « Encore 10 ans pour ancrer l’e-commerce au Sénégal »

vendredi 18 octobre 2019

Formateur pendant huit ans en gestion relation client et marketing à Pcci au Sénégal puis en Côte d’Ivoire, Oumar Diallo a occupé, par la suite, plusieurs postes à Wari de 2014 à 2017, date à laquelle il démissionne pour cofonder la startup Oex Ideesmart. C’est une fintech avec foodtech proposant une plateforme e-commerce. Il analyse les atouts et les handicaps du marché du e-commerce au Sénégal.

Quels sont les points faibles et les atouts de l’e-commerce au Sénégal ?

Le problème réside dans le manque de maturité des clients vis-à-vis de l’e-commerce. Il faudrait un changement de mind (état d’esprit) et ceci ne peut pas se faire du jour au lendemain. Eduquer le client par une dématérialisation des process mais aussi des paiements, à savoir, la décashification sont des préalables au développement du e-commerce au Sénégal. Le marchandage, qui est une habitude ancrée, doit être dépassé pour espérer la pérennisation des entreprises de e-commerce au Sénégal.

Quelle analyse faites-vous de la disparition d’Afrimarket ?

Les mêmes remarques faites plus haut prévalent là également. Je ne serai pas le seul à le dire, pour que le e-commerce puisse prospérer en Afrique et particulièrement au Sénégal, il faudra que les gens arrêtent de toujours vouloir toucher la marchandise mais aussi arrêtent de vouloir toujours acheter sur les pages Facebook. Cette variante du e-commerce est un frein au développement du véritable e-commerce, car les propriétaires des pages, pour la majeure partie, marchandent en inbox.

Le véritable problème est celui de confiance. Toucher, marchander et payer sont les normes. Les annulations sont souvent des imprévus auxquels il faut s’attendre dans ses projections de chiffre d’affaires. Il faudra encore patienter au moins 10 ans pour voir ce que ça va donner avec le renouvellement de génération. Il est toujours difficile d’être la première cordée. Les idées sont là, la bonne volonté également, mais il y a des incompréhensions et la cible ne suit toujours pas. En Afrique, il est très difficile de lancer et gérer un business de e-commerce. Afrimarket a juste été dans un marché qui n’était pas mûr, ce que Jumia a compris, mais cela ne l’épargne pas des difficultés.

Justement, Jumia risque-t-elle de connaitre la même trajectoire qu’Afrimarket ?

Jumia reste la première licorne africaine, valorisée à hauteur de 1,2 milliards de dollars US lors de sa levée de fonds en 2016. Elle doit encore batailler pour imposer l’e-commerce dans les habitudes de consommation des Africains. La machine financière derrière Jumia fait qu’ils ont la possibilité de supporter les chers coûts liés à l’activité. Jeremy Hodara, l’un de ses cofondateurs, disait : « Notre but est de permettre à Jumia d’être encore là pour cent ans ; donc, toutes les solutions sont étudiées ». En plus, Jumia a changé son modèle en optant pour une marketplace. C’est un espace sécurisé où des acheteurs et des vendeurs (marchands ou particuliers) se rencontrent dans le but d’y effectuer une transaction marchande. Jumia doit maintenant régler la question du paiement en amont pour éviter les nombreux retours, ce qui est appelé annulation dans le jargon. J’en parle parce que notre startup travaille avec Jumia et nous remarquons que les paiements sont souvent mis en cause.

Moussa Diop

(Source : Le Soleil, 18 octobre 2019)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)