twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ouganda : le régulateur prépare un cadre légal pour le déploiement et le partage des infrastructures télécoms

jeudi 4 mars 2021

Malgré de nombreux investissements publics et privés, les services télécoms à haut débit demeurent chers en Ouganda. La Commission des communications d’Ouganda qui veut changer les choses propose une mutualisation des efforts des différents acteurs du marché.

La Commission des communications d’Ouganda (UCC) planche actuellement sur le développement d’un cadre légal pour le déploiement et le partage des infrastructures télécoms dans le pays. Elle a ouvert à cet effet une consultation publique, jeudi 4 mars, à laquelle prennent part plusieurs acteurs du secteur télécoms national. L’opération s’étalera sur quatorze jours.

Selon l’UCC, le cadre légal permettra de « faciliter la coordination de toutes les interventions gouvernementales dans le développement de l’infrastructure à large bande ; et aussi de réglementer le secteur privé pour assurer le partage et la complémentarité de leurs réseaux à large bande afin d’éviter les doublons dans le déploiement de l’infrastructure ».

Le régulateur veut mettre de l’ordre dans le secteur des infrastructures télécoms au regard de la sous-utilisation de la capacité de fibre optique sur tous les réseaux, constatée en 2018 dans le rapport sur la politique nationale du haut débit. Cette situation est d’ailleurs à l’origine du coût élevé de la bande passante et des services TIC en général dans le pays, car chaque opérateur télécoms veut rentabiliser l’investissement consenti.

Alors que la demande en service télécoms à haut débit se fait pressante en Ouganda, poussée par les nouvelles habitudes de consommations des populations induites par la Covid-19, l’UCC estime que le déploiement ordonné et le partage d’infrastructure réduiront les charges opérationnelles des sociétés télécoms et contribueront à une réduction des coûts de services offerts aux consommateurs.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 4 mars 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)