twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ouganda : le parlement commande une évaluation de l’impact de la taxe sur les réseaux sociaux, introduite en 2018

lundi 21 janvier 2019

Le parlement ougandais, à travers sa commission sur les technologies de l’information et de la communication, a demandé au ministère des Technologies de l’information et de la communication de procéder à une évaluation de l’impact de la taxe sur les réseaux sociaux, introduite le 1er juillet 2018 par le gouvernement.

Cette réquisition découle de la reconnaissance par Frank Tumwebaze, le ministre des TIC, des effets négatifs que l’imposition fiscale a eus sur le marché télécoms national.

Pourtant, lors de son introduction, le ministère des Finances avait laissé entendre que « l’instauration de la taxe était justifiée au motif qu’elle élargirait l’assiette fiscale du pays ».

Yoweri Museveni, le chef de l’Etat ougandais, soutenait pour sa part que la taxe de 1% représenterait la contribution des « mauvaises langues » sur Internet, au développement de la nation, en plus de combattre le commérage qui nuit à l’image du pays. Le président de la République estimait que la taxe générerait près de 600 milliards de shillings (161 millions de dollars US) par an, grâce à une imposition de 200 shillings ougandais (0,05 dollar US) pour l’utilisation journalière de WhatsApp, Facebook, Twitter, Viber, etc ; 1400 shillings (0,37 dollar US) par semaine et 6000 shillings (1,61 $) par mois.

L’évaluation attendue par le parlement devra démontrer entre autres si la taxe a fait reculer le trafic data, le chiffre d’affaires des opérateurs télécoms dans le segment, les revenus fiscaux perçus par l’Etat, du chiffre d’affaires des opérateurs télécoms, etc.

(Source : Agence Ecofin, 21 janvier 2019)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)