twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Orange vs Wave : quand les prestataires sabotent Orange

mercredi 24 novembre 2021

Les intermédiaires qui sont utilisés par Orange sont souvent lents et il y a eu des circonstances où ces intermédiaires ont été accusés par les prestataires d’utiliser leurs fonds, pour faire quelques transactions, en tirer profit, avant de restituer les fonds…

Kodak est une entreprise américaine qui évolue dans le domaine de la photographie. Elle était leader en 1976 et détenait 90 % des ventes de pellicules et 85 % des ventes d’appareils photo. Vous savez ce qui a poussé Kodak à déclarer faillite ? La complaisance. Certains diront que Kodak s’est montrée conservatrice et cela n’est pas faux, mais il ne faut pas oublier qu’elle détenait quand même le premier brevet de caméra numérique en 1976, mais elle ne croyait jamais que les gens allaient abandonner les appareils photo et que les entreprises de téléphonie allaient les intégrer aux téléphones.

Orange est resté le leader incontestable du marché malgré la libéralisation du secteur à cause de sa longue présence dans le marché, de sa notoriété et de son statut d’entreprise cotée en bourse. Cette posture, a-t-elle poussé Orange à penser qu’elle est devenue incontournable ou bien était-ce une erreur de stratégie en interne ?

Quand les nouveaux barèmes des frais de services avaient été publiés par Orange, on a ressenti une grogne de la part des prestataires de services, qui à leur tour, ont décidé unanimement de facturer à leurs clients les frais de service pour les dépôts et retraits. Pendant ce temps, Free, deuxième opérateur mobile du Sénégal menaçait Orange mobile et il fallait innover le plus vite possible pour éviter de perdre des clients.

Orange avait sous-estimé la menace posée par Wave dans le secteur du mobile money. C’est en ce moment que la fintech Wave a surpris Orange avec une offre ultra-compétitive et en guise de riposte. Orange a bloqué la possibilité d’acheter du crédit téléphonique via l’application et il fallait réagir immédiatement, car Orange ne s’est pas préparée conséquemment face à cette menace sous-estimée depuis le début.

Fondée en 2011 par deux Américains, Wave s’est officiellement installée en 2016 à Dakar ; son modèle est simple, il s’agit d’appliquer des frais de transaction fixes de 1 % et ne pas répercuter les frais sur les paiements de factures à ses clients, contrairement à Orange, qui facture ces frais à ses clients.

Orange ne doit pas copier Wave aveuglément, mais plutôt prendre le temps de mettre en point une stratégie innovante et payante, car elle a d’autres avantages que Wave n’a pas comme les autres services offerts.

Un autre point plus important qu’ Orange a négligé est la satisfaction des prestataires qui sont les influenceurs directs des clients, vu qu’ Orange n’a pas assez de kiosques pour satisfaire tous ses clients. Les prestataires sont incontournables et leur satisfaction et leur survie sont importantes et doivent être prises en compte par Orange.

Par exemple, si vous êtes prestataire et que vous détenez 250 000 FCFA de fonds de roulement et qu’un client se présente dans votre point pour faire un retrait de 150 000 FCFA via Orange Money, allez-vous donner vos 150 000 FCFA pour une commission faible par rapport à Wave et une difficulté à reprendre vos fonds ou allez-vous juste demander au client d’aller voir votre compétition directe ? On voit qu’il y a deux problèmes à ce niveau : le premier étant le fait que la commission est faible pour les prestataires et que même avec la nouvelle grille, Wave offre des commissions plus compétitives qu’ Orange Money.

Un autre problème est le fait que Wave dispose de boutiques où les prestataires peuvent aller reprendre leurs fonds et qu’avec Wave, il est possible de faire des transactions de plus d’un million avec 250 000 FCFA dans une journée alors que c’est presque impossible avec Orange Money, car il n’y a pas d’accès directs avec les prestataires. Les intermédiaires qui sont utilisés par Orange sont souvent lents et il y a eu des circonstances où ces intermédiaires ont été accusés d’utiliser les fonds des prestataires pour faire quelques transactions, en tirer profit, avant de restituer les fonds.

Dans ce cas, on constate que les prestataires redirigent leurs clients vers l’offre Wave, car étant plus opportun pour les deux parties et en ne faisant pas de retrait Orange money de sommes assez colossales. Quand les prestataires refusent de faire des retraits Orange money, les clients seront plus enclins à utiliser les services de Wave, car ils sont sûrs de pouvoir accéder à leurs fonds. Il est important qu’ Orange sache que le diable se trouve dans les détails et d’essayer de satisfaire les prestataires pour que ces derniers puissent accepter de donner leurs fonds pour les retraits Orange money.

Il ne faut pas non plus oublier les kiosques qui ne disposent pas d’assez de fonds et que par moment, ils sont dans l’obligation d’appeler un intermédiaire pour leur apporter des fonds et le client doit attendre ; ce client risque d’utiliser les services de Wave la prochaine fois. Orange doit revoir toute sa stratégie et essayer de fidéliser ses clients à la limite du possible, car les clients ne sont plus fidèles et ne cherchent que les services les moins chers. Il est aussi important qu’ Orange rectifie les lenteurs et les commissions pour pouvoir gagner cette bataille.

Jadis connue d’utiliser l’effet Veblen ou effet de snobisme qui décrit une conséquence que peut avoir la consommation ostentatoire : le renchérissement des biens est assorti d’une augmentation de la consommation de ceux-ci ». La consommation ostentatoire est définie comme « une consommation destinée soit à montrer un statut social, un mode de vie ou une personnalité, soit à faire croire aux autres que l’on possède ce statut social, mode de vie ou personnalité ». Il est très important qu’Orange commence à être perçue comme l’affaire de tous et non d’un groupe privilégié à cause de la cherté de ses prix qui se conjuguent quand même avec la qualité.

Il est utile de rappeler qu’à ce jour, la part d’Orange est de 42, 3 %, la part de l’Etat du Sénégal est de 27,2 %, le personnel de la SONATEL détient 7,3 % et le bloc flottant est de 23,2 %.

Mohamed Dia

(Source : Xibaaru, 24 novembre 2021)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 263 263 263 264 264 264 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 19 266 179 abonnés Internet

  • 18 595 500 abonnés 2G+3G+4G (96,58%)
    • 2G : 12,95%
    • 3G : 24,60%
    • 4G : 62,45%
  • 334 642 abonnés ADSL/Fibre (1,71%)
  • 334 875 clés et box Internet (1,71%)
  • 1162 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,74%
  • Internet mobile : 98,26%

- Liaisons louées : 3971

- Taux de pénétration des services Internet : 106,84%

(ARTP, 30 septembre 2023)

- Débit moyen de connexion mobile : 23, 10 Mbps
- Débit moyen de connexion fixe : 21, 77 Mbps

(Ookla, 31 janvier 2023)


- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 56,70%
(Internet World Stats 31 décembre 2021)


- + de 10 000 noms de domaine actifs en .sn
(NIC Sénégal, décembre 2023)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 382 721 abonnés
- 336 817 résidentiels (88,01%)
- 45 904 professionnels (11,99%)
- Taux de pénétration : 1,67%

(ARTP, 30 septembre 2023)

Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 21 889 688 abonnés
- Taux de pénétration : 123,34%

(ARTP, 30 septembre 2023)

FACEBOOK

3 050 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 17,4%

- Facebook : 2 600 000

- Facebook Messenger : 675 200

- Instagram : 931 500

- LinkedIn : 930 000

- Twitter : 300 000

(Datareportal, Janvier 2023)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik