twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Orange est devenu une banque africaine : crédit, épargne, carte bancaire…

vendredi 24 juillet 2020

En 2018, Orange réfutait toute ambition de se lancer dans la banque sur le continent. Mais face à la demande croissante de la population à petits revenus pour de nouveaux produits financiers à fort impact socioéconomique via le Mobile Money, le groupe télécoms a revu sa stratégie. Le 23 juillet 2020, il a officiellement lancé Orange Bank Africa (OBA) en Côte d’Ivoire. Le nouveau service bancaire, opéré en partenariat avec le groupe de bancassurance NSIA, devrait s’étendre dès l’année prochaine à divers autres marchés du groupe en Afrique de l’Ouest et consolider son image d’opérateur multi-services.

Les Ivoiriens sont depuis le 23 juillet 2020 les premiers abonnés Orange qui peuvent emprunter et/ou épargner de l’argent auprès de la filiale locale du groupe télécoms. Orange Bank Africa (OBA), la branche de l’entreprise dédiée aux services bancaires a officiellement démarré ses activités en Côte d’Ivoire. Le service qui capitalise sur le succès d’Orange Money en Afrique, est ouvert au grand public et orienté vers les particuliers et le secteur informel, explique Paul de Leusse, le directeur général adjoint, en charge des services financiers mobiles pour le groupe Orange.

Les paysans, ménagères, étudiants, petits commerçants, les ouvriers, les fonctionnaires, les salariés du secteur privé, etc. sont les cibles. Les produits phares immédiatement mis sur le marché sont TIK TAK pour le crédit et le TIK TAK Epargne. Disponible 24h/24, accessible via l’application Orange Money Africa ou le code USSD attitré, le crédit est accordé à partir de 5000 Fcfa jusqu’à 500 000 Fcfa. Pour ce qui est de l’épargne, elle est possible à partir d’1 Fcfa jusqu’à 10 millons Fcfa. Elle est rémunérée au taux mensuel de 3,5% hors taxe, fixé par la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO).

Le crédit est accordé à partir de 5000 Fcfa jusqu’à 500 000 Fcfa. Pour ce qui est de l’épargne, elle est possible à partir de 1 Fcfa jusqu’à 10 millons Fcfa. Elle est rémunérée au taux mensuel de 3,5% hors taxe.

Selon Jean Louis Menann-Kouame, le directeur général de la branche bancaire d’Orange, la grande différence entre OBA et les banques commerciales classiques réside dans le caractère totalement mobile de l’opération et l’instantanéité du traitement de la demande de crédit. Le crédit attribué par mobile est retiré par Mobile Money. L’épargne se fait également par Orange Money.

Eligibilité au crédit

Sont éligibles au crédit, remboursable sur 30 jours, les abonnés majeurs, identifiés, et dont la consommation d’Orange Money démontre une régularité qui garantit une haute capacité de remboursement. L’ouverture d’un compte OBA se fait avec une carte nationale d’identité pour les nationaux et avec une carte de résident ou le passeport pour les étrangers. Les données déjà enregistrées par Orange lors de l’identification des abonnés à la téléphonie mobile, contribueront à consolider l’identité du demandeur de compte.

Pour Paul Deleusse, l’avantage que détient Orange pour faire du crédit par rapport aux banques commerciales classiques réside dans la connaissance de ses clients qui sont abonnés depuis de nombreuses années. Bien sûr, derrière cet octroi de crédit il y a des analyses de risques avec les données de consommations de clients. Ces données permettent d’identifier quels clients sont à même de rembourser leur crédit et éviter ainsi pour Orange des défauts de paiement.

Mauvais payeurs

« L’objectif d’Orange Bank Africa ce n’est pas de prêter de l’argent et ne pas être remboursé. La connaissance client, le data mining, le scoring, les algorithmes de ciblage des comportements de remboursement des clients sont la clé de la politique de risque de la banque et celle qui permettra de minimiser autant que possible le taux de défaut de paiement », précise Patrick Roussel.

Pour Paul Deleusse, l’avantage que détient Orange pour faire du crédit par rapport aux banques commerciales classiques réside dans la connaissance de ses clients qui sont abonnés depuis de nombreuses années. Bien sûr, derrière cet octroi de crédit il y a des analyses de risques avec les données de consommations de clients. Ces données permettent d’identifier quels clients sont à même de rembourser leur crédit et éviter ainsi pour Orange des défauts de paiement.

Jean Louis Menann-Kouame indique qu’il est d’ailleurs envisagé une collaboration avec les autres opérateurs télécoms fournisseurs de service Mobile Money à travers l’élaboration d’une liste noire de mauvais payeurs qui empêchera les clients débiteurs de souscrire à un autre service d’argent mobile.

Toutefois, le client qui aura été en défaut de remboursement au terme des 30 jours accordés, verra son compte Orange Money bloqué. Jean Louis Menann-Kouame indique qu’il est d’ailleurs envisagé une collaboration avec les autres opérateurs télécoms fournisseurs de service Mobile Money à travers l’élaboration d’une liste noire de mauvais payeurs qui empêchera les clients débiteurs de souscrire à un autre service d’argent mobile. Une fois les fonds disponibles sur le compte Orange Money du débiteur, ils sont récupérés automatiquement par Orange.

Sécurité

Pour garantir le succès d’Orange Bank Africa, Orange affirme que le service sera encadré de toutes les sécurités informatiques qui protègeront les transactions financières des clients. D’après Jean Louis Menann-Kouame, « la Côte d’Ivoire, malheureusement, se trouve parmi les pays les plus appétant à la fraude et nous avons mis beaucoup de moyens sur ce sujet. Il s’agit donc d’une vigilance de tous les instants, il s’agit d’une collaboration précise avec tous nos partenaires pour que les sujets de sécurité et particulièrement de sécurité informatique soient gérés de la meilleure façon possible. Nous avons des équipes outillées pour cela et des modèles robustes ».

« La Côte d’Ivoire, malheureusement, se trouve parmi les pays les plus appétant à la fraude et nous avons mis beaucoup de moyens sur ce sujet. Il s’agit donc d’une vigilance de tous les instants. »

Pour Patrick Roussel, le directeur des services financiers mobiles pour l’Afrique et le Moyen-Orient d’Orange, « ce projet IT obéit aux plus grands standards internationaux en matière de sécurité. Il est par ailleurs abrité par l’infrastructure du groupe Orange en Afrique, lui-même assujettit à des obligations et à des niveaux de sécurité extrêmement élevés ».

Ambitions

L’objectif d’Orange à travers OBA est d’accentuer l’accès aux services financiers et renforcer l’inclusion financière des populations en Afrique. La société veut atteindre 10 millions de clients au cours des cinq prochaines années. L’entreprise est confiante quant à la réussite de son nouveau produit au regard du faible taux de bancarisation classique et de la forte adoption des services financiers mobiles en Afrique.

Alioune Ndiaye, a révélé qu’Orange a obtenu de la BCEAO un agrément bancaire « unique » qui lui permet d’étendre progressivement l’activité bancaire dans la zone de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa). Après la Côte d’Ivoire, le service Orange Bank Africa devrait donc être lancé dans les autres marchés où opère le groupe Sonatel- Sénégal, Mali, Burkina Faso - avant la fin 2021. Mais ce lancement du service bancaire est assujettit à l’accord de la BCEAO pour l’ouverture de succursales d’Orange Bank Africa dans ces pays. Orange Bank ne permet pas d’effectuer des virements financiers entrants et sortants sur mobile vers d’autres comptes bancaires en Côte d’Ivoire, en zone Uemoa et hors Uemoa. Cela est uniquement possible en agence. La banque offre aussi divers services bancaires classiques comme la carte bancaire, le chéquier, le compte courant, RIB.

Pour Stéphane Richard, le président directeur général du groupe Orange, « l’activité bancaire est nouvelle pour Orange en Afrique. Elle s’inscrit en parfaite cohérence avec notre stratégie d’opérateur multi-services et notre volonté d’être moteur de la transformation digitale du continent. Grâce à notre association avec NSIA, un autre leader du marché africain, nous facilitons l’accès aux services bancaires au plus grand nombre, à travers des services simples et essentiels, pour le bénéfice de tous nos clients ». Selon Jean Kacou Diagou, le président du groupe NSIA, l’intérêt du partenariat avec Orange dans la banque mobile réside dans l’opportunité offerte à l’entreprise de proposer ses produits d’assurance à de nouveaux clients. Il souhaite poursuivre cette collaboration dans les autres marchés où Orange étendra le service Orange Bank.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 24 juillet 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)