twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Opérations de cession des actions de la Sonatel de l’Etat et de l’Ipres : Le Ps y voit « une volonté de spolier les retraités pour enrichir le clan du pouvoir »

mercredi 23 juillet 2008

L’affaire de cessation des actions de l’Ipres continue d’alimenter le débat à travers les différentes chancelleries politiques. Et c’est le Bureau politique du Ps qui fait enfler la polémique autour du sujet en dénonçant « une volonté de spolier les retraités pour enrichir le clan du pouvoir »

Pour le bureau politique du Ps, « les opérations de cession des actions Sonatel de l’Etat et de l’Ipres, commanditées par les lobbies affairistes qui gangrènent la sphère publique, et qui, comme toutes les autres opérations de prédation du patrimoine national, sont entourées d’un halo de mystère qui renseigne sur leur opacité et sur une connivence délictuelle manifeste contre les intérêts du Sénégal ». En fait, selon le Ps, la démarche consiste à mettre les deux sociétés devant « le fait accompli » avant de s’accaparer des actions. C’est ainsi que les camarades de Tanor Dieng parlent de « scandale de la cession, par le procédé du fait accompli, des actions Sonatel de l’Ipres que rien ne peut justifier si ce n’est la volonté de spolier les retraités pour enrichir le clan du pouvoir ».

Les socialistes exigent, à cet effet, de la part les autorités de cette institution « des explications sans équivoque, d’autant plus qu’elle a déjà été dénoncée comme étant illégale aux yeux de certaines voix autorisées du Conseil d’administration de l’Ipres qui courent sans succès derrière des autorités de tutelle confuses réfugiées derrière la tactique du procédé dilatoire ».

Par ailleurs, et soucieux de la même exigence de transparence, les socialistes demandent au gouvernement d’éclairer l’opinion sur les conditions de répartition du produit de la cession de la troisième licence de téléphonie ainsi que sur l’utilisation par l’Agence de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) de sa quote-part sans qu’aucune loi de finance rectificative ait été votée pour intégrer ces 90 milliards de francs Cfa dans le budget de l’Etat ».

(...)

Abdou Timéra

(Source : [Ferlo.com->2http://www.ferloo.com/), 23 juillet 2008)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)