twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Offense au Chef de l’Etat par SMS : Le patron des jeunes de l’URD de Tamba nie et accuse

vendredi 28 janvier 2005

Saliou Dieng est magasinier à la Sodefitex de Tambacounda et Mamadou Diouf est conseiller technique à la présidence de la République. Tout les unit dans ce dossier d’outrage au chef de l’Etat et à un membre du gouvernement.

Le second avait reçu des messages SMS injurieux à l’endroit du président de la République et du ministre délégué Farba Senghor, via son téléphone portable et émanant du numéro de téléphone du second. Comme Saliou Dieng a avoué ne s’être pas séparé de son appareil lors des deux journées en question les 6 et 7 janvier 2005, le procureur a requis 4 mois de prison ferme. Pourtant ces deux hommes ne se sont vus qu’à la barre du tribunal correctionnel.

De fait, c’est sur la dénonciation de Mamadou Diouf avec les SMS injurieux à l’appui, que la gendarmerie a réussi à retrouver Saliou Dieng qui a tout nié, ajoutant même qu’il pourrait s’agir d’une tentative de le punir. Le prévenu est alors remonté à un article qu’il avait publié dans un quotidien local et dans le Figaro, pour réclamer le paiement de deux roues de Mercedes achetées lors de la campagne électorale de 2000 pour dépanner le candidat Abdoulaye Wade. N’ayant pas été remboursé, il avait saisi la presse en juin-juillet 2004. Mais tout commence réellement à la date du 20 octobre 2004, selon Mamadou Diouf qui dit avoir reçu un appel de Saliou Dieng, pour l’informer qu’il avait été chargé de régler cette facture. “ Comme il disait avoir obtenu mon numéro de l’assistant du président, j’ai promis de m’en occuper, dit-il. Or, dès le lendemain, j’ai reçu par fax un document attestant qu’il avait été réglé ”. Évidemment, cette version est contestée par le prévenu qui soutient que quelqu’un de la présidence, qu’il croit (maintenant) être Mamadou Diouf, l’avait menacé à cause de son article.

Toujours est-il que le 26 décembre 2004, Mamadou Diouf dit avoir reçu un appel de quelqu’un qui s’informait de son travail à la Présidence et avait précisé qu’il désirait garder l’anonymat. “ Je l’ai enregistré comme “ inconnu ” et j’ai omis de répondre à deux de ses appels les 3 et 4 janvier. Le premier SMS est tombé le 6 janvier 2005 ”, a ajouté Mamadou Diouf. Le conseiller technique a alors avisé le gouverneur militaire. Le 8 janvier, Saliou Dieng est repéré par la gendarmerie de Kaolack et le 9 il est arrêté.

“ Je ne le connais pas. Je n’ai aucun intérêt à le faire, d’autant plus que je sais que mon numéro va s’afficher ”, s’est défendu le prévenu qui est syndicaliste et président des jeunesses de l’Urd de Tambacounda. C’est pourquoi, là où le procureur s’est vite fait une conviction, Me Amadou Aly Kane a estimé que cette affaire rend plutôt un mauvais service au chef de l’Etat qu’il voit mal en train de porter plainte contre un magasinier. Pour le conseil, il y a aussi un problème de procédure, la plainte émanant de quelqu’un qui n’est même pas concerné et d’une autre juridiction. Me Kane s’est ensuite longuement appesanti sur le délit d’outrage au Chef de l’Etat sanctionné par l’article 254 du Code pénal. Pour l’avocat qui a convoqué le texte, le délit n’est pas constitué, dès lors que l’article 254 énonce clairement les moyens ou modes de diffusion publique (radio, télévision, affichage, etc.). Pour toutes ces raisons, et compte tenu de la technicité des SMS, il a sollicité sa relaxe pure et simple ou, à défaut, au bénéfice du doute. Le juge a décidé de surseoir à sa décision jusqu’au 31 janvier, jour du délibéré.

Fara Sambe

(Source : Le Soleil, 28 janvier 2005)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)