twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ntic au service de l’éducation : En faire un outil pédagogique

mercredi 8 juin 2005

Un arrêt sur image permet de tirer quelques conclusions provisoires concernant l’utilisation des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (Ntic) dans le secteur de l’éducation. Le Sénégal se caractérise par une prolifération de projets juxtaposés dont la cohérence reste souvent imparfaite. La « mise en synergie » de ces projets apparaît comme l’une des priorités, afin de « contrôler ce dynamisme », expliquait hier dans le cadre du séminaire Moustapha Sourang, ministre de l’Education. Il faut éviter, selon lui, la « cacophonie » et « parler d’une même langue, en déterminant clairement "Qui fait quoi ? Où ? Et comment ?" ». C’est à cette condition que les Ntic deviendront des outils de pilotage et de rationalisation du système éducatif performants et, ainsi, des vecteurs de croissance.

Les Ntic sont une réalité dans l’éducation au Sénégal, dans la mesure où elles touchent désormais toutes les sphères de la vie sociale. Les principaux objectifs du séminaire qui a débuté hier sont, après avoir dressé un état des lieux des technologies de l’information et de la communication dans le secteur de l’éducation (Tice), de mettre ou de renforcer ces Tice au service aussi bien de l’administration que du personnel de l’éducation (baisse du coût de la formation grâce à la formation à distance, via le net). Mais surtout, d’améliorer la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage.

Les Ntic doivent devenir un outil pédagogique, et plus seulement un outil d’initiation à l’informatique et à Internet. Et M. Sourang de renchérir, « il faut que les enfants puissent utiliser l’informatique comme un manuel à leur disposition quotidienne pour accéder à la connaissance ». Pour atteindre ces objectifs, deux préalables doivent être remplis, rappelle-t-il. Régler le problème de l’accès commercial à Internet (Sonatel) et celui de la connexion dans les villages, en utilisant le système des panneaux solaires notamment. Aussi, la question d’introduire les Ntic dans l’éducation de langue nationale a été posée lors du débat.

Audrey CHAUDIERE et Joseph DIEDHIOU

(Source : Wal Fadjri, 8 juin 2005)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)