twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Non, la Banque centrale du Nigéria n’a pas interdit les transactions en cryptomonnaies

jeudi 8 avril 2021

Alors qu’une déclaration de la banque centrale nigériane a laissé planer le doute quant à une potentielle interdiction d’utiliser les cryptomonnaies dans le pays, il n’en serait finalement rien. Les nombreux détenteurs de Bitcoin dans le pays ouest-africain peuvent souffler.

Depuis février dernier, la sortie faisait couler beaucoup d’encre et de salive. La Banque centrale du Nigéria (CBN) avait publié un document dans lequel elle rappelait aux institutions financières qu’il est interdit de « négocier des crypto-monnaies ou de faciliter les paiements pour les échanges de crypto-monnaies ». Toutefois, la confusion suscitée par cette directive a poussé l’organisme à clarifier sa déclaration.

Vers la fin du mois de mars, le vice-gouverneur Adamu Lamtek a indiqué que la CBN ne décourage pas les gens d’utiliser des cryptomonnaies ou de faire du commerce avec elles. Elle n’a fait que réitérer une interdiction datant de 2017 et qui empêche les transactions de cryptomonnaies dans le secteur bancaire.

Le tollé soulevé par la sortie initiale de la CBN au sein des nombreux utilisateurs de bitcoin du Nigéria a donc porté des fruits. Si la clarification est rassurante pour les détenteurs de l’actif, une question plus sérieuse demeure : quand est ce que les transactions bancaires en bitcoin seront officiellement permises ? Il faudra sans doute attendre une évolution des réglementations internationales concernant les monnaies virtuelles, conjuguée à la fin des réticences liées à l’utilisation de ces actifs en raison de leur volatilité. On pourra alors voir la position de l’organe de régulation des transactions bancaires du Nigéria évoluer pour suivre la tendance.

Pour rappel, le Nigéria est présenté comme le 3e pays utilisateur de cryptomonnaies après les Etats-Unis et la Russie. Avec la Covid-19, de nombreux investisseurs, partout dans le monde, se sont trouvés avec très peu d’alternatives pour conserver et faire fructifier leurs capitaux. Les bourses sont apparues volatiles et incertaines et les rendements sur les emprunts de l’Etat ont baissé. Dans ce contexte, le Bitcoin, au Nigéria comme partout dans le monde, a pris de la valeur, atteignant des niveaux record.

Louis-Nino Kansoun

(Source : Agence Ecofin, 8 avril 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 154 400 abonnés Internet

  • 14 826 621 abonnés 2G+3G+4G (98,76%)
    • 2G : 22,99%
    • 3G : 41,61%
    • 4G : 35,40%
  • 186 225 abonnés ADSL/Fibre (1,24%)
  • 139 205 clés et box Internet (0,90% )
  • 2 349 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,20%
  • Internet mobile : 98,80%

- Liaisons louées : 4 019

- Taux de pénétration des services Internet : 90,71%

(ARTP, 31 mars 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 236 763 abonnés
- 195 398 résidentiels (82,53%)
- 41 365 professionnels (17,47%)
- Taux de pénétration : 1, 41%

(ARTP, 31 mars 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 420 501 abonnés
- Taux de pénétration : 116,25%

(ARTP, 31 mars 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)