twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Nigeria : vers une évolution des réglementations concernant les cryptomonnaies

lundi 19 avril 2021

Le Nigeria est actuellement le 3e pays utilisateur de cryptomonnaies après les Etats-Unis et la Russie. Si jusque-là la réglementation en matière de trading de ces actifs numériques reste assez rigide, surtout dans le secteur bancaire, les choses pourraient bientôt évoluer.

Au Nigeria, la SEC, organe du gouvernement en charge de la régulation du marché des capitaux, travaille avec la Banque centrale sur une directive réglementaire pour le trading des cryptomonnaies. C’est ce qu’a déclaré en fin de semaine dernière le DG de la SEC Lamido Yuguda, en marge d’une conférence virtuelle.

Selon M. Yuguda, l’objectif des discussions en cours est de mieux comprendre et réguler le marché des cryptomonnaies dans le pays. Il a indiqué que le fruit de ces échanges sera divulgué ultérieurement et qu’en attendant, la SEC suspend la mise en œuvre de ses directives de septembre 2020 sur les actifs numériques, leur classification et leur traitement. Ces directives avaient été émises pour « protéger les investisseurs et créer des normes pour des pratiques éthiques » dans un secteur en plein développement.

Cette sortie intervient quelques semaines après que la Banque centrale a interdit aux institutions financières de « négocier des cryptomonnaies ou de faciliter les paiements pour les échanges de cryptomonnaies ». Les discussions en cours laissent penser que les réglementations concernant les monnaies virtuelles pourraient bientôt évoluer au Nigeria.

S’il faut encore attendre pour mesure la portée de cette éventuelle évolution, précisons que cela ferait écho aux espoirs suscités chez les acteurs du marché en Occident après l’entrée en bourse de la plateforme de trading de cryptomonnaies Coinbase. Alors que le secteur ne cesse de se développer, la première économie africaine pourrait même faire office de pionnier en matière de règles souples facilitant le trading de ces actifs numériques.

Louis-Nino Kansoun

(Source : Agence Ecofin, 19 avril 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)