twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Nigéria : Muhammadu Buhari présente en 15 points les avantages du eNaira, première monnaie numérique d’une banque centrale d’Afrique

jeudi 28 octobre 2021

Lors du lancement du eNaira, la première monnaie numérique de banque centrale d’Afrique, le 25 octobre 2021 à Abuja, le président nigérian Muhammadu Buhari a déclaré que son approbation pour ce projet était « soutenue par le fait que la CBN (Central Bank of Nigeria) a été un innovateur de premier plan dans la forme d’argent qu’elle produit et dans les services de paiement qu’elle déploie pour des transactions efficaces ».

D’après le président, la CBN a « beaucoup investi dans la création d’un système de paiement classé parmi les dix premiers au monde et certainement le meilleur d’Afrique ». « Ce système de paiement fournit désormais des services de paiement de grande valeur et urgents aux institutions financières, et sert finalement de colonne vertébrale à chaque paiement électronique au Nigeria », a expliqué le président Muhammadu Buhari.

Le président a par la même occasion présenté 16 arguments qui ont motivé le lancement de ce qu’il considère aujourd’hui comme la première monnaie numérique de banque centrale d’Afrique et l’une des premières au monde. Digital Business Africa vous propose de lire intégralement les arguments du président nigérian.

Beaugas Orain Djpoyum

L’intégralité du discours du président Muhammadu Buhari

« Excellence, Monsieur le Vice-Président,

Monsieur le Secrétaire du Gouvernement de la Fédération,

Monsieur le directeur de cabinet du président, les membres du Conseil exécutif fédéral,

Monsieur le gouverneur et les sous-gouverneurs de la Banque centrale,

Messieurs les chefs des agences compétentes ici présents,

Messieurs les membres de la presse,

Mesdames et Messieurs.

Je vous souhaite la bienvenue à l’événement de ce jour, qui marque le lancement officiel de la monnaie numérique de notre pays, l’eNaira.

Le contexte

1- Comme nous le savons tous, l’argent fait partie de l’histoire de l’humanité depuis au moins 3 000 ans d’une manière ou d’une autre. Mais au cours de cette période, sa forme a évolué pour répondre aux réalités de l’économie et à la volonté des acteurs économiques de synchroniser l’argent avec les réalités de la vie elle-même. C’est pourquoi la monnaie a évolué à travers six étapes identifiables, notamment le système de troc, la monnaie-marchandise, la monnaie métallique, le papier-monnaie, la monnaie de crédit et la monnaie électronique.

2- Ces derniers temps, Excellences, l’utilisation de l’argent liquide pour faire des affaires et effectuer des paiements a diminué. Cette tendance a été exacerbée par le début de la pandémie de COVID-19 et la résurgence d’une nouvelle économie numérique

3 – Parallèlement à ces évolutions, les entreprises, les ménages et d’autres agents économiques ont recherché de nouveaux moyens de paiement dans les nouvelles circonstances.

5 – L’absence d’une solution rapide et efficace à ces exigences, ainsi que les craintes que les actions des banques centrales conduisent parfois à une hyperinflation donnant la place à des entités non gouvernementales pour établir de nouvelles formes de « monnaies privées » qui semblent avoir gagné en popularité et sont acceptées à travers le monde, y compris ici au Nigeria.

6 – En réponse à ces évolutions, une écrasante majorité de banques centrales à travers le monde ont commencé à envisager d’émettre des devises numériques afin de répondre aux besoins des entreprises et des ménages à la recherche de moyens de paiement plus rapides, plus sûrs, plus faciles et moins chers.

7 – Une poignée de pays, dont la Chine, les Bahamas et le Cambodge, ont déjà émis leur propre monnaie numérique de banque centrale (ou CBDC). Une enquête menée en 2021 auprès des banques centrales du monde entier par la Banque des règlements internationaux (BRI) a révélé que près de 90 pour cent d’entre eux recherchaient activement le potentiel des CBDC, 60 pour cent expérimentaient la technologie et 14 pour cent déployaient des projets pilotes.

8 – Inutile d’ajouter qu’un suivi et une supervision étroits seront nécessaires au début de la mise en œuvre pour étudier l’effet d’eNaira sur l’économie dans son ensemble.

9 – C’est sur cette base que la Banque centrale du Nigeria (CBN) a demandé et reçu mon approbation pour explorer l’émission de la propre monnaie numérique de la banque centrale du Nigeria, appelée eNaira.

10 – Cette décision a été étayée par le fait que la CBN a été un innovateur de premier plan dans la forme d’argent qu’elle produit et dans les services de paiement qu’elle déploie pour des transactions efficaces. Ils ont beaucoup investi dans la création d’un système de paiement classé parmi les dix premiers au monde et certainement le meilleur en Afrique. Ce système de paiement fournit désormais des services de paiement de grande valeur et urgents aux institutions financières. Il sert finalement de colonne vertébrale à chaque paiement électronique au Nigeria.

11 – La CBN également soutenu plusieurs initiatives du secteur privé visant à améliorer le paysage des paiements existants qui, à leur tour, ont créé certains fournisseurs de services de paiement qui sont aujourd’hui parmi les meilleurs du monde

12 – Alors que le voyage pour créer une monnaie numérique pour le Nigeria a commencé en 2017, les travaux se sont intensifiés au cours des derniers mois avec plusieurs exercices de remue-méninges, le déploiement des partenaires techniques et des conseillers, la collaboration avec les ministères de la Communication et de l’Économie numérique et ses agences sœurs comme la Commission nigériane des communications, l’intégration de logiciels bancaires à travers le pays et des tests minutieux pour garantir la robustesse, la sécurité et l’évolution du système CBDC.

13 – Permettez-moi de noter qu’outre la tendance mondiale à la création de monnaies numériques, nous pensons qu’il existe des avantages spécifiques au Nigéria qui recoupent différents secteurs et préoccupations de l’économie. L’utilisation des CBDC peut aider à déplacer beaucoup plus de personnes et d’entreprises du secteur informel vers le secteur formel, augmentant ainsi l’assiette fiscale du pays.

14 – Parallèlement aux innovations numériques, les CBDC peuvent favoriser la croissance économique grâce à de meilleures activités économiques. En effet, certaines estimations indiquent que l’adoption des CBDC et de sa technologie sous-jacente, appelée blockchain, peut augmenter le PIB du Nigéria de 29 milliards de dollars américains au cours des 10 prochaines années.

15 – Les CBDC peuvent également aider à augmenter les envois de fonds, à favoriser le commerce trans-frontalier, à améliorer l’inclusion financière, à rendre la politique monétaire plus efficace et à permettre au gouvernement d’envoyer des paiements directs aux citoyens éligibles à des programmes de protection sociale spécifiques.

C’est sur ces bases que je suis ravi de lancer officiellement la monnaie numérique de la Banque centrale du Nigeria, appelée eNaira. Nous devenons ainsi le premier pays d’Afrique et l’un des premiers au monde à introduire une monnaie numérique pour ses citoyens.

Permettez-moi pour terminer de féliciter le Gouverneur de la Banque centrale, ses adjoints et toute l’équipe du personnel qui a travaillé sans relâche pour faire de cette journée une réalité. Je vous remercie et que Dieu bénisse la République fédérale du Nigéria. »

Muhammadu Buhari,
Président et commandant en chef des forces armées de la République fédérale du Nigéria.

(Source : Digital Business Africa , 28 octobre 2021)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)