twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Niger : la Maison de la presse salue la modification de la loi sur la cybercriminalité

samedi 30 avril 2022

Le gouvernement nigérien a annoncé, à l’issue d’un Conseil des ministres mercredi 27 avril, sa décision de modifier la loi sur la cybercriminalité. Les délits de diffamation et d’injure vont être dépénalisés. La Maison de la presse, qui avait dénoncé une loi nocive à la liberté de la presse, approuve ce choix.

Mohamed Bazoum, le président du Niger, l’a confirmé lui-même sur Twitter : lors du Conseil des ministres qui s’est tenu mercredi 27 avril, il a été décidé de modifier la loi sur la cybercriminalité. Avec ces changements, « les délits de diffamation et d’injure (sur les moyens de communication électroniques tels que les réseaux sociaux, ndlr) ne conduisent plus à la prison mais exposent à des amendes », a indiqué le chef de l’État.

Le projet de loi doit maintenant être transmis à l’Assemblée nationale. La loi sur la cybercriminalité, adoptée en 2019, était très critiquée par plusieurs organisations de défense des droits humains et de la liberté de la presse. Plusieurs journalistes et blogueurs ont déjà été poursuivis.

Souleymane Brah, secrétaire à la communication de la Maison de la presse du Niger, salue une avancée pour la liberté de la presse. Il entend veiller à ce que ces modifications soient appliquées : « On a toujours dénoncé cette loi (...) comme une loi liberticide. Elle ne favorise pas la sécurité de la presse au Niger. Beaucoup de confrères ont été interpellés, comme Moussa Aksar. Le gouvernement a compris qu’il y a une nécessité d’aller vers la promotion de la liberté de la presse au Niger », explique-t-il.

« Il faut quand même veiller qu’il y ait une pleine application de ces textes », prévient aussi Souleymane Brah, qui est favorable à une meilleure formation des journalistes à l’utilisation des réseaux sociaux. « Il faut que les journalistes fassent leur travail de la manière la plus professionnelle, et qu’ils soient responsables », insiste-t-il.

(Source : RFI, 30 avril 2022)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 16 350 690 abonnés Internet

  • 16 349 008 abonnés 2G+3G+4G (97,25%)
    • 2G : 18,12%
    • 3G : 32,22%
    • 4G : 49,66%
  • 213 908 abonnés ADSL/Fibre (1,32%)
  • 234 052 clés et box Internet (1,43% )
  • 1682 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,670%

- Liaisons louées : 4 491

- Taux de pénétration des services Internet : 94,98%

(ARTP, 31 mars 2022)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 266 260 abonnés
- 225 387 résidentiels (84,65%)
- 40872 professionnels (15,35%)
- Taux de pénétration : 1,54%

(ARTP, 31 mars 2022)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 20 067 256 abonnés
- Taux de pénétration : 116,57%

(ARTP, 31 mars 2022)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)

PRÉSENTATION D’OSIRIS

batik