twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Niger : Des difficultés d’accès à internet après les troubles post-électoraux

samedi 27 février 2021

La journée a été calme samedi dans la capitale. Des troubles sont survenus mardi au moment de la proclamation des résultats globaux provisoires du second tour de la présidentielle, qui donnent Mohamed Bazoum, le candidat du parti PNDS au pouvoir, en tête avec 56% des voix, contre 44% pour le candidat du RDR-Tchanji Mahamane Ousmane, qui conteste. Depuis le lendemain mercredi, l’accès à internet est très restreint, voire impossible à Niamey.

Difficultés à travailler, à s’informer, vie sociale et familiale perturbée... Depuis mercredi, les habitants de Niamey subissent les multiples conséquences de la restriction de l’accès à internet, tant dans leur vie professionnelle que personnelle, comme l’explique cet homme.

« La communication est nécessaire pour tout. On vit maintenant grâce à la communication, les affaires, les études, l’administration, c’est la communication. Si c’est coupé, ça ne va pas. »

Un collectif d’organisations de la société civile veut porter plainte contre quatre fournisseurs d’accès à internet au Niger et contre l’État nigérien.

« Il est inadmissible que le Niger se mette dans cette situation, à priver les citoyens du droit fondamental à la communication et l’information, estime Ali Idrissa, coordonnateur du Rotab et de l’Opele, l’Observatoire du processus électoral au Niger. Et au-delà de ça, aujourd’hui, internet est devenu un outil de travail. Nous nous constituerons contre les compagnies qui exécute cette consigne et contre l’État qui n’arrive pas à faire en sorte que ses citoyens aient accès à leur droit. »

Du côté du gouvernement, aucune déclaration officielle n’a été faite à ce sujet pour le moment.

Magali Lagrange

(Source : RFI, 27 février 2021)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)