twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Ndiaga Guèye : " l’octroi de la 4G à la Sonatel montre que nos autorités roulent pour l’intérêt de la France"

mardi 21 juin 2016

L’octroi de la 4G à la Sonatel par l’Etat du Sénégal n’est du goût de Ndiaga Guèye. Le président de l’Association sénégalaise des utilisateurs des TIC (Asutic) a ainsi accusé les autorités étatiques de « rouler pour l’intérêt des français ».

" Aujourd’hui, nous avons assisté à l’officialisation du bradage du renouvellement de la licence de la Sonatel » a dénoncé Ndiaga Guèye après l’annonce faite par Adbou Karim Sall lors de sa rencontre avec la presse. Une licence évaluée, selon l’ARTP, à 58 milliards F Cfa. « Cette évaluation a été faite par un cabinet français (Microeconomix et Beta Finance) appelé à évaluer des intérêts français » poursuit le président des utilisateurs de Tic.

En 2007, rappelle-t-il, Expresso en tant que nouvel entrant dans le marché des télécommunications au Sénégal avait payé 100 milliards F Cfa. En 1997, ajoute M. Guèye, dans son package, France-télécom a acquis la licence de la Sonatel à 170 milliards F Cfa. « 20 ans après, on vient nous dire que la valeur de la licence est de 58 milliards F Cfa. Encore une fois, les autorités dans leur démarche, n’ont pas privilégié l’intérêt des sénégalais. Ils ont procédé à un bradage systématique des intérêts du Sénégal » dit-il.

Un fait qui n’est pas nouveau pour l’actuel pouvoir. En 2012, révèle le consommateur, ce même gouvernement a bradé une licence globale à Tigo à 58 milliards F Cfa. « Donc ils sont dans une logique de bradage des licences au détriment du peuple sénégalais. C’est une preuve que nos autorités ne roulent que pour les intérêts français » soutient Ndiaga Guèye.

Quand il s’agit de vendre, indique le président de l’Asutic, le gouvernement sénégalais met en avant l’aspect financier. « Les consommateurs sénégalais sont totalement oubliés. Il ne met jamais en place des conditions pour que la population accède à ces outils Tic à des prix abordables ». Tous les jours, on nous parle du développement des TIC dans ce pays. Mais qui en profite ? S’interroge-t-il. « Les opérateurs qui gagnent des centaines de milliards en bénéfice, l’Etat qui encaisse des milliards par taxes et impôts » conclut Ndiaga Guèye.

Jean Michel Coly

(Source : La Téranga Info, 21 juin 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)