twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Namibie : le régulateur des télécoms prépare le terrain pour l’enregistrement des cartes SIM

lundi 18 juillet 2022

Ces dernières années, les fraudes via mobile se sont développées dans l’espace numérique africain. Plusieurs pays du continent ont déjà mis en place des processus pour lutter contre ce fléau. D’autres pays comme le Lesotho, la Namibie et l’Afrique du Sud veulent suivre leurs pas.

La Communications Regulatory Authority of Namibia (CRAN) rassure les populations sur les avantages de l’enregistrement des cartes SIM. Selon Emilia Nghikembua (photo), directrice générale de la CRAN, cette opération obligatoire devrait notamment permettre de lutter contre la cybercriminalité dans le pays et d’améliorer la réglementation efficace du paysage technologique national.

C’est en octobre 2021 que le gouvernement namibien a annoncé son intention de lancer la campagne nationale d’enregistrement des cartes SIM conformément à la «  Communications Act  » publiée par le gouvernement en mars de la même année. En juin, le régulateur a lancé la campagne nationale de sensibilisation des usagers à l’enregistrement des cartes SIM qui se poursuivra jusqu’au 31 décembre. Pour l’instant, la campagne se heurte à la réticence de la population.

L’opération d’enregistrement proprement dite débutera à partir du 1er janvier 2023 et durera 12 mois, après lesquels les cartes SIM non enregistrées seront désactivées. En attendant, l’opérateur historique MTC a commencé une campagne d’enregistrement facultative des cartes SIM pour ses clients. Une fois l’opération lancée, la Namibie rejoindra plusieurs pays d’Afrique comme le Kenya, le Nigeria et le Lesotho qui ont élaboré et mis en œuvre des politiques d’enregistrement des abonnés aux services télécoms. L’Afrique du Sud prépare actuellement un processus similaire. Ces initiatives traduisent l’ambition des gouvernements de lutter contre la recrudescence des cas de cybercriminalité à travers le continent.

Selon le régulateur, l’enregistrement des cartes SIM devrait permettre de créer une base de données complète qui permettra de réglementer efficacement le secteur afin de promouvoir la transparence, d’encourager la concurrence, de mettre en œuvre des régimes de tarification équitables et de garantir la qualité du service dans l’intérêt de l’utilisateur.

Isaac K. Kassouwi

(Source : Agence Ecofin, 18 juillet 2022)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)