twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Naissance d’une nouvelle radio, Al Madina, « la voix de la cité » : " Notre objectif, c’est (...) avant un an, être la première radio à Dakar "

lundi 2 juillet 2012

Al Madina Fm, la voix de la cité, 100.8, est le nom donné à la défunte radio Diamono Fm, dont le propriétaire est feu Serigne Mamoune Niasse. Son fils, Serigne Mansour Niasse, à la suite du décès de son père a décidé de faire de cette radio un médium de référence. C’est ainsi qu’Al Madina s’est installée au cœur de la capitale sénégalaise, cultivant ainsi la proximité avec la population sénégalaise. Dans une interview accordée à SenewebNews, Babacar Thiam, directeur des programmes de la radio revient sur les objectifs de cette radio qui ambitionne d’être la première à Dakar dans les prochains mois.

Seneweb : Bonjour, pourquoi ce nom ( Al Madina) pour une radio généraliste ?

Babacar Thiam : Al Madina signifie la cité, c’est un nom arabe et c’est le promoteur, Serigne Mansour Niasse, qui a décidé de le nommer ainsi Al Madina.

Vous êtes quel type de radio, religieuse, généraliste ?

On est une radio généraliste, commerciale, privée qui touche à tout. Dès l’instant qu’on dit la Cité, cela veut dire qu’on touche à tout ce qui concerne la cité et ça rime avec notre slogan « La voix de la cité ». Pour le moment, nous nous limitons à Dakar pour la couverture des événements, mais nous comptons avoir des stations-relais dans les autres régions du Sénégal, comme la région de Kaolack, Mbour, Ziguinchor et Saint-Louis. On a déjà des correspondants dans ces régions-là et, peut-être, dans les prochains mois, on va ouvrir des stations relais des ces régions.

Quels sont les programmes d’Al Madina ?

On touche à tout, comme je l’ai dit tout à l’heure. Le matin, on fait la religion. On a fait revenir Oustaz Moustapha Guèye qui fait une émission matinale qui s’appelle « Sabakhal khairy ». Aussi nous avons quatre éditions d’informations en wolof à 12h et en français à 13h. Également des émissions Santé, Transport, Environnement, Éducation, Lutte et Culture. Par rapport aux Éditions d’information, on a changé la forme de présentation, au lieu d’une personne, on a deux présentateurs qui se chargent de faire la présentation du journal.

Depuis quand émettez-vous sur la bande Fm ?

Depuis le mois de janvier, nous sommes là (Ndlr. Dans les nouveaux locaux à l’immeuble Baye Ndama à Dieuppeul), mais la radio date de plus de 10 ans, parce que c’était la défunte radio Diamono Fm qui a été cédée à Serigne Mamoune Niasse. C’est suite à son rappel à Dieu que son fils Serigne Mansour Niasse a pris en charge la radio pour la baptiser Al Madina.

On sait que le promoteur de la Radio est Serigne Mansour Niasse, un homme politique, est ce que cela ne va pas influencer sur votre ligne éditoriale ?

Vous savez, le politicien est d’abord un citoyen, un Sénégalais, alors rien ne l’empêche de contribuer au développement de son pays. Il n’a pas commencé par créer une radio, il s’est impliqué dans d’autres projets qui contribuent au développement du Sénégal, pourquoi pas avec une radio. En plus, il travaille avec des professionnels. Le plus important pour nous, c’est les auditeurs. La priorité, c’est les auditeurs. Il n’y aura pas de parti-pris pour le promoteur. On va respecter les bases du journalisme, l’équité, la déontologie, etc.

Faites-vous des émissions interactives ?

Presque toutes les émissions sont des émissions interactives. Par exemple, si on prend l’émission santé, c’est interactif, les auditeurs appellent pour participer. En plus de cela, nous travaillons beaucoup avec Twitter et Facebook. Nous allons intégrer cela dans nos éditions pour permettre aux autres Sénégalais de participer directement aux émissions en posant leurs questions. On voit qu’il y a des télévisions qui le font, mais au niveau des radios, il n’y a pas beaucoup qui l’ont démarré.

Est-ce que vous avez la capacité de concurrencer les autres radios de la place ?

Nous avons les capacités de les concurrencer. D’abord nous avons les ressources humaines nécessaires, le matériel qu’il faut et puis, nous avons une équipe très jeune, dont la tranche d’âge varie entre 25 et 35 ans. Les jeunes ont quelque chose à prouver sur ce qui se passe au Sénégal, sur le paysage médiatique pour se hisser au sommet. Notre objectif, c’est d’ici six mois de faire partie des trois radios les plus écoutées au Sénégal. Et puis, avant un an, être la première radio à Dakar. Notre promoteur nous soutient également.

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 12,4 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 6 328 670 abonnés Internet

  • 5 935 059 abonnés 2G+3G (93,08%)
  • 269 948 clés Internet (4,3%)
  • 105 738 abonnés ADSL (1,7%)
  • 17 925 abonnés bas débit (0,3%)

- 588 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 49,16%

(ARTP, 30 juin 2014)

- 3 194 190 utilisateurs d’Internet
- Taux de pénétration : 21,96% de la population

(UIT juillet 2014)

- 3475 noms de domaine enregistrés en .sn
- 3178 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal mars 2012)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 330 858 abonnés
- 1302 lignes publiques
- Taux de pénétration : 2,57%

(ARTP, 30 juin 2014)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 14 356 055 abonnés
- Taux de pénétration : 111,52%

(ARTP, 30 juin 2014)

FACEBOOK

- 730 940 utilisateurs
- 5,93 % de taux de pénétration de la population totale
- 36,74% de taux de pénétration de la population en ligne
- 12ème rang africain pour le nombre d’utilisateurs
- 93ème rang mondial pour le nombre d’utilisateurs
- 18ème rang africain pour le taux de pénétration
- 157ème rang mondial pour le taux de pénétration

(Socialbakers, 27 avril 2013)