twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

NTIC et apprentissage de base : Quand des élèves de CM2 maîtrisent bien des logiciels

mardi 19 juillet 2005

Ils ont une moyenne d’âge de 12 ans. Amadou Bâ, Ousmane et Thierno Diallo sont en classe de CM2 à l’école Serigne Amadou Aly Mbaye Samb de Soumbédioune dans la commune d’arrondissement de Médina. L’un après l’autre, ils présentent des diaporamas sur World et/ou sur Powerpoint, textes et illustrés, sur la géographie, l’administration et le commerce de Médina. Le tout est fait dans une expression orale française châtiée et assez surprenante pour des élèves de ce niveau.

Dans la petite salle de l’Institut national d’étude et d’action pour le développement de l’éducation (Ineade) où se déroule la scène, ce jeudi 14 juillet 2005, la plupart de l’assistance est fascinée et applaudit. Plus d’une trentaine de participants sont réunis pour une séance de restitution des résultats d’un projet-pilote d’expérimentation de l’intégration des Technologies de l’information dans les apprentissages de base à l’école élémentaire. Et, c’est l’établissement de ces trois élèves qui a en été le cadre d’accueil. Pour les besoins, deux classes de CM et la bibliothèque de l’école ont été équipées en ordinateurs et accessoires et raccordées à Internet. Lancé en févier 2003, le projet d’utilisation de façon contextuelle des logiciels et Internet comme supports pédagogiques donne des résultats encourageants après deux ans d’expérimentation.

Selon Mme Ngoné Diop, chef de division à l’Ineade, qui présentait les résultats du test, l’évaluation interne a montré chez les potaches des classes expérimentales une « amélioration des niveaux en français, notamment en expression orale et écrite, en compréhension de texte ». Elle a aussi fait noter l’acquisition chez les élèves d’une « culture d’utilisation de l’ordinateur et l’émergence de compétences (savoir trouver des informations au moyen de moteurs de recherche) ».

Mis de fait en « situation d’innovation », les enseignants ont utilisé des logiciels et Internet à des fins pédagogiques. Ils ont été confrontés à des changements de styles de gestion des classes (dispositions différentes des salles de cours, par exemple). Ils ont en outre expérimenté des méthodes d’enseignement (intégration des disciplines, apprentissages contextuels, etc.) qui collent à la nouvelle approche par compétence maintenant en vigueur dans l’enseignement primaire. Aussi, en matière d’activité d’éveil, maîtres et élèves ont réalisé plusieurs « projets intégrateurs » portant, par exemple, sur l’environnement le péril fécal.

Au plan administratif, « tout se fait par ordinateur (listes, formulaire, etc.) », a fait savoir le directeur de l’établissement, Issa Sylla. Il a indiqué que l’intégration des Ntic dans la vie de son école a eu pour effet une « gestion administrative concertée ».

Ces résultats ont été déterminés sur la base d’une évaluation interne faite à partir d’indices comme les résultats des élèves de CM2 aux examens du Cfee, du gain de temps dans les tâches administratives, etc.

Mais, pour le représentant de la Direction de l’enseignement élémentaire, Amadou Diaw, il faut en plus une « évaluation externe pour voir le gain à en tirer, par exemple, que l’intégration des Ntic a permis d’apprendre vite et mieux ». Pour le directeur de l’Ineade, Cheikh Aw, il reste entendu que « l’optimum d’évaluation ne sera vraiment atteint qu’au bout d’une expérimentation touchant tout un cursus scolaire (5 à 6 ans) ».

Le premier Conseiller technique du ministre de l’Éducation, Adama Diop, a demandé qu’une « évaluation sans complaisance » soit faite sur ce projet auquel le ministre de tutelle accorde « beaucoup d’importance ».

Le projet dit de recherche collaborative (entre enseignants, inspecteurs de l’Education et chercheurs voire parents d’élèves) est le fruit d’un partenariat entre le Centre interdisciplinaire de recherches et d’apprentissages en éducation (Cirade) de l’Université du Québec à Montréal en partenariat avec l’Institut national d’études et d’action pour l’éducation (Ineade).

M. L. BADJI

(Source : Le Soleil, 19 juillet 2005)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)