twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Mutations économiques : La dématérialisation et la géolocalisation, deux piliers essentiels pour la douane

vendredi 16 novembre 2012

Présidant la cérémonie de remise de diplômes de la promotion 2010-2012 de l’Ecole des auxiliaires de la douane, le coordonnateur de la direction générale des douanes, Elimane Saliou Gning, a réitéré l’engagement des autorités pour la modernisation de ses différents services. A cet effet, Mamadou Ndione, économiste-logisticien, a estimé que l’intégration de la matérialisation et de la géolocalistaion dans les secteurs de transit et de transport constitue une étape importante. « Les métiers du transit et du transport au Sénégal face aux enjeux d’un nouvel environnement », tel est le thème débattu à la cérémonie de remise de diplômes aux étudiants formés aux sections de transit et déclarant de douane. Les autorités de l’administration douanière et autres experts ont saisi l’occasion pour passer au crible les nouvelles mutations notées dans cette branche capitale de l’économie nationale. « Dans un contexte de mondialisation de l’économie caractérisée par une rapidité croissante et un volume de plus en plus important de mouvement de marchandises, l’une des plus grandes préoccupations de l’administration de la douane sénégalaise est de faciliter les échanges commerciaux », a déclaré Elimane Saliou Ndiaye, le coordonnateur de la direction générale des douanes, qui a présidé la cérémonie de remise de diplômes. « L’amélioration de la sécurisation de la chaine est également une priorité. Cependant, a-t-il précisé, elle exige une collaboration avec les acteurs portuaires et aéroportuaires ». « Pour l’avoir compris, la douane sénégalaise est, aujourd’hui, plus que jamais en mouvement pour la modernisation de ses services. Elle s’y est engagée à travers un Plan stratégique triennal (2011-2013), appuyé par le ministère de l’Economie et des Finances ». Cela, sur la base d’un contrat de performance, mettant en exergue l’efficacité et l’efficience. « Plus de simplicité, plus de rapidité et, par conséquent, plus de compétitivité ; voilà à quoi nous tendons quotidiennement », a-t-il dit. Revenant sur le sens du thème de cette rencontre, Mamadou Ndione, économiste-logisticien, a souligné qu’aujourd’hui, comme par le passé, des métiers essentiels, tels que le transit et le transport, sont marqués par des mutations d’un environnement nouveau. Ces évolutions, a-t-il relevé, doivent être intégrées par les professionnels confirmés et aspirants de ces différents secteurs. Il a estimé que le Sénégal n’échappe pas à ces changements, qui doivent tout de suite être maîtrisés par les acteurs du transit et du transport.

Transit et transport

C’est pour cette raison que M. Ndione a évoqué l’idée de dématérialisation, qui, à son avis, créera des opportunités pour le professionnel. Ce dernier, a-t-il indiqué, aura compris que la maîtrise de l’outil informatique est une volonté ferme de ne pas être un analphabète des temps modernes. Pour cet économiste, ceux qui évoluent dans les secteurs de transit et de transport doivent savoir qu’avec la dématérialisation des procédures, tout peut se faire de manière électronique, à partir d’un poste de travail, sans nécessité d’un déplacement physique. Actuellement, toutes les applications de la douane sont fédérées pour une atomisation de l’ensemble des procédures qui vont du pré-dédouanement à l’enlèvement des marchandises. « La dématérialisation vise le zéro papier avec des gains de temps, d’argent et de compétitivité pour toute l’économie nationale », a-t-il martelé. Sur un autre registre, Mamadou Ndione a évoqué un autre point lié à la modernisation des services de transit et de transport. Il s’agit de la géolocalisation, un procédé permettant de suivre un objet ou une personne sur une carte à l’aide de coordonnées géographiques. Ce concept, a-t-il constaté, est encore certes en balbutiements, mais son essor conduira indubitablement à sa prise en compte dans un nouvel environnement du transport. Grâce à cet instrument, a expliqué M. Ndione, le transport de marchandise devient « intelligent ». Il se fera avec une mission précise, planifiée, suivant des critères clairs de rentabilité, comme la consommation de carburant, par la suppression de trajets. De l’avis de cet expert de la logistique, un professionnel confirmé ou aspirant doit, dès à présent, être dans cette mutation profonde dans leurs métiers. Il doit prendre en compte cet outil, qu’est la géolocalisation, se l’approprier, en maîtriser les contours et surtout en saisir toutes les opportunités.

Abdou Diaw

(Source : Le Soleil, 15 novembre 2012)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)