twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Moustapha Cissé : le génie sénégalais que Google a arraché à Facebook

mardi 10 juillet 2018

A l’heure où l’intelligence artificielle est l’un des sujets phares des conférences sur les technologies, l’expert africain Moustapha Cissé attise la convoitise des géants d’internet. Dans quelques semaines, Google va lancer, à Accra, son premier centre africain de recherche en intelligence artificielle. Pour le diriger, le géant du web a choisi le Sénégalais Moustapha Cissé.

A l’heure où l’intelligence artificielle est l’un des sujets phares des conférences sur les technologies, l’expert africain Moustapha Cissé attise la convoitise des géants d’internet.

Dans quelques semaines, Google va lancer, à Accra, son premier centre africain de recherche en intelligence artificielle. Pour le diriger, le géant du web a choisi le Sénégalais Moustapha Cissé, qu’il a fallu débaucher de ce Facebook, preuve de l’expertise du spécialiste en intelligence artificielle, que Google a dû débaucher de chez Facebook. Pourtant, personne n’aurait imaginé pareille trajectoire pour l’enfant de Saint-Louis qui a quitté le Sénégal avec pour seules compétences des études en mathématiques et en physique.

Trajectoire d’une intelligence qui n’a rien d’artificielle

Né au Sénégal, c’est loin de sa terre natale que Moustapha Cissé fera des émules. Après avoir étudié les mathématiques et la physique à l’université Gaston Berger de Saint-Louis, le sénégalais va partir pour la France étudier l’informatique. Il s’inscrit, en 2008, à l’université Pierre et Marie Curie où il obtient, deux ans plus tard, un master en intelligence artificielle. En 2014, il obtient un doctorat en sciences informatiques de l’université Pierre et Marie Curie.

En 2016, il sera repéré par Facebook qui lui propose de devenir chercheur scientifique au sein de son centre de recherche parisien dédié à l’intelligence artificielle. Moustapha Cissé intègre alors Facebook Artificial Intelligence Research (FAIR), l’élite de la recherche du réseau social en matière de recherches sur l’intelligence artificielle. Pendant deux ans, le sénégalais et son équipe seront à l’origine de tous les progrès réalisés par Facebook dans l’intelligence artificielle. La connaissance de l’enfant de Saint-Louis est telle qu’il finira par taper dans l’œil d’un autre géant du web, Google. Il y a quelques semaines, l’entreprise basée à Mountain View l’a contacté. Elle veut confier au jeune sénégalais la direction du Google AI Research Center Accra, le tout premier centre africain de recherche en intelligence artificielle du géant du web. L’annonce de sa nomination, qui interviendra le 13 juin, augure de très bonnes choses pour le continent africain.

Une bonne nouvelle pour l’Afrique

Au-delà du choix d’un spécialiste africain pour diriger le tout premier centre africain de recherche en intelligence artificielle de Google, la nomination de Moustapha Cissé promet une véritable série d’évènements heureux, et pas uniquement pour l’écosystème tech africain.

Nous voulons repousser les limites de l’IA et contribuer à relever des défis dans des domaines tels que la santé, l’agriculture et l’éducation. Nous nous engageons à travailler en collaboration avec les universités et les centres de recherche locaux, ainsi qu’avec les décideurs, sur les applications possibles de l’IA en Afrique ont déclaré Moustapha Cissé et le célèbre scientifique et ingénieur informaticien américain Jeff Dean, dans un communiqué conjoint. Ainsi, Google devrait se pencher dans les prochains mois sur l’utilisation de l’intelligence artificielle pour résoudre des problèmes typiquement africains. Le plus intéressant dans cette situation est, au vu du récent intérêt de la firme américaine pour la formation de spécialistes en Afrique, qu’une partie de la jeunesse africaine pourrait être formée et employée pour résoudre les problèmes du continent. Il ne faut pas oublier que Moustapha Cissé est l’un des fondateurs de Black in IA, un mouvement œuvrant pour accroître la présence des noirs dans les secteurs d’activités liés à l’intelligence artificielle.

La présence du sénégalais à la tête du Google AI Research Center Accra pourrait donc, également, accroître la collaboration entre l’entreprise basée à Mountain View et les spécialistes africains de l’intelligence artificielle.

En attendant, l’Afrique peut être fière du jeune sénégalais qui réussit, dans un domaine aussi pointu que celui de l’intelligence artificielle, à imposer son expertise.

Servan Ahougnon

(Source : InAfrik, 10 juillet 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 12 045 735 abonnés Internet

  • 11 779 800 abonnés 2G+3G+4G (97,8%)
    • 2G : 25,88%
    • 3G : 53,06%
    • 4G : 21,06%
  • 108 945 clés et box Internet (0,90%)
  • 152 047 abonnés ADSL/Fibre (1,29%)
  • 1766 abonnés bas débit (0,02%)
  • 3 177 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,30%
  • Internet mobile : 98,70%

- Liaisons louées : 22 060

- Taux de pénétration des services Internet : 74,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 207 592 abonnés
- 165 915 lignes résidentielles (79,92%)
- 41 677 lignes professionnelles (20,08%)
- Taux de pénétration : 1,28%

(ARTP, 31 décembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 880 594 abonnés
- Taux de pénétration : 110,31%

(ARTP, 31 décembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)