twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

MoneyFlap, la première app financière en Afrique Francophone qui propose des cartes sans date d’expiration

lundi 23 mai 2022

C’est une première dans le secteur de la Fintech en Afrique francophone. Une application 100% numérique qui veut révolutionner le marché avec des innovations simples, fluides et sécurisées. MoneyFlapp, c’est son nom. Le projet a été lancé par trois jeunes africains conscients de l’importance du mobile money pour le développement de l’Afrique. La spécificité de l’apps repose sur son Ux Design, mais surtout sa facilité à créer et geler des cartes bancaires sans date d’expiration ou de CVV. Mamadou Diallo, PDG & Innovation de MoneyFlap a répondu aux questions de Social Net Link.

Qu’est-ce que Moneyflap et qu’est-ce qui a motivé son lancement ?

MoneyFlap, est une nouvelle banque 100% numérique et la première véritable « super application » financière du Sénégal et de l’Afrique francophone qui, en plus des transferts d’argent gratuits, des paiements de factures gratuits, des services de recharge gratuits, permet également aux clients d’ouvrir un compte bancaire multidevises en moins de 3 minutes et d’obtenir une carte de débit physique – le tout gratuitement sans aucun document, sans visite d’agences bancaires, sans bureaucratie et sans tracas.

MoneyFlap est en quelque sorte la « Banque de la Gratuité » qui promet de ne pas avoir de frais cachés ou mensuels, pas de solde minimum requis, pas de frais de transactions étrangères, et même pas de frais de GAB.

En plus de cela, nous avons lancé une carte physique MoneyFlap qui est la première carte bancaire sans numéro de l’histoire de l’Afrique. Elle ne comporte aucun détail personnel – pas de numéro de carte, de date d’expiration ou de CVV, tout comme la carte d’Apple en Amérique. Vous devez consulter l’application mobile pour voir ces détails. Vous pouvez geler et dégeler votre carte et gérer ses paramètres dans l’application. L’utilisateur peut choisir le design de sa carte et ajouter Google Pay et Apple Pay. Il peut aussi profiter d’un programme de cashback sur toutes les dépenses effectuées avec sa carte. En outre, la carte physique est la première carte bancaire écologique de l’histoire de l’Afrique – fabriquée à partir de plastique recyclé qui vous permet de lutter contre le changement climatique dans votre communauté.

Concernant notre motivation , c’est très simple. L’Afrique francophone, qui regroupe 25 pays africains, a une population de plus de 430 millions d’habitants et constitue la population la plus jeune du monde, avec plus de 70 % de moins de 30 ans. La région a un taux élevé de pénétration de la téléphonie mobile et de l’internet, et sa population est férue de technologie. Mais malgré toutes ces opportunités, plus de 80 % de la population n’est pas, ou peu, bancarisée. Par exemple, le Maroc a la deuxième plus grande population non bancarisée du monde, juste après le Pakistan – 71% de sa population n’est pas bancarisée. Dans le même temps, au Sénégal, mes parents, et les vôtres aussi, n’ont jamais la chance d’ouvrir un compte bancaire en raison de l’absence ou de la longueur des documents exigés par les banques actuelles.

Je suis rentré d’études en Afrique du Sud en juin 2021 et je n’ai pas pu ouvrir facilement et rapidement un nouveau compte bancaire au Sénégal – j’ai dû me rendre plusieurs fois dans les agences bancaires pour des questions d’ordre général. Un mauvais service client, une application mobile médiocre, une carte de débit chère à 11 000 Fcfa, un solde minimum requis de 10 000 Fcfa, et des jours pour ouvrir complètement un compte ont été mon expérience.

Je faisais un stage à distance en Amérique et je n’ai pas pu recevoir mon salaire pendant 2 mois parce que je ne savais pas à quelle banque m’adresser pour ouvrir un compte. Aujourd’hui, je me suis rendu compte que c’est un problème régional. La raison pour laquelle MoneyFlap a été construit pour les personnes mal desservies et par les personnes mal desservies. Nous sommes les premiers clients.

Qu’est-ce que MoneyFlap offre que les autres n’offrent pas, sachant que les banques et autres Fintech africaines proposent déjà des cartes virtuelles pour faciliter le commerce ?

La région francophone, en particulier le Sénégal, est une région à laquelle l’équipe fondatrice est étroitement attachée et où elle réside. Deuxièmement, les solutions bancaires anciennes et actuelles n’ont pas les moyens de fournir les mêmes services que nous et ne sont pas aussi accessibles que notre solution. Nous sommes la seule banque capable de servir n’importe qui dans la région – même les personnes vivant avec moins de 3000 Fcfa PPP par jour peuvent effectuer des opérations bancaires en toute simplicité avec MoneyFlap.

Nous avons construit une pile technologique de pointe, nativement en nuage (cloud) et API-First, sans aucun système existant – la première banque 100% nativement en nuage (cloud) au Sénégal.

Ainsi, notre modèle d’exploitation et de livraison est au cœur d’une base à très faible coût permettant à MoneyFlap d’offrir des services bancaires gratuits, simples, transparents, modernes et accessibles à tous. Et nous pouvons déployer de nouveaux produits financiers toutes les deux semaines.

Nous utilisons un cryptage de niveau militaire pour les données financières de nos clients, la technologie 3D Secure pour les paiements par carte et la reconnaissance biométrique à chaque fois qu’ils effectuent une transaction ou un transfert.

Nous apportons une nouvelle et complète façon d’effectuer des opérations bancaires pour inclure tout le monde. Les personnes qui ne possèdent pas de smartphone, qui n’ont pas accès à Internet ou qui vivent dans des villages ruraux sans aucun appareil peuvent ouvrir un compte bancaire gratuit en quelques minutes et obtenir instantanément leur carte de débit physique gratuite via les kiosques bancaires en libre-service qui seront installés dans toutes les régions du Sénégal. En outre, ils peuvent déposer et retirer de l’argent, payer des factures, acheter du temps d’antenne, envoyer de l’argent, recevoir des transferts de fonds de l’étranger, scanner et payer des QR, et payer sans contact via des terminaux de point de vente intelligents auprès de n’importe quel agent de mobile money et de n’importe quel commerçant – nous les appelons les Super GAB humains. Ils obtiendront tous ces services sans smartphone ni données internet.

Comment envisagez-vous d’investir sur le marché francophone ?

MoneyFlap est aujourd’hui actif dans l’UEMOA – Sénégal, Côte d’Ivoire, Mali, Burkina Faso, Niger, Bénin et Togo – et il est prévu d’ajouter 8 pays francophones d’ici fin 2023 et d’être pleinement disponible dans les 25 pays africains francophones d’ici fin 2024.

Nous sommes en passe d’atteindre 1 à 2 millions d’utilisateurs et 200 000 commerçants d’ici la fin de l’année 2023.

Pour l’instant, nous avons ouvert notre liste d’attente uniquement pour les résidents de l’UEMOA. Nous allons commencer exclusivement l’onboarding si tôt cette année, toutes les personnes sur notre liste d’attente pour ouvrir un compte bancaire et obtenir une carte de débit sans frais.

Nous prévoyons de recruter plus de 1 000 talents et 1 million d’agents de mobile money à travers l’Afrique francophone dans les 5 prochaines années.

Quelle est votre évaluation de la percée des fintechs en Afrique, notamment au Sénégal ?

Nous assistons en Afrique à une énorme pénétration de la téléphonie mobile plus que partout ailleurs et les startups Fintech profitent de ce boom. Il semble que le continent n’ait qu’un seul secteur émergent, la Fintech. De nombreux fondateurs de technologies sont occupés à essayer d’ajouter de la valeur à ce secteur. Et la population fait désormais davantage confiance aux Fintech qu’aux banques classiques, en raison de la commodité et des faibles frais qu’elles leur offrent. En même temps, le Sénégal est un exemple parfait pour prouver que la majorité de la population préfère utiliser les solutions de Mobile Money plutôt que les services bancaires traditionnels. Les nouvelles startups Fintech vont révolutionner le secteur bancaire africain comme l’ont fait Nubank au Brésil, Webank en Chine, Paytm en Inde, Revolut au Royaume-Uni, Chine aux États-Unis et Tinkoff en Russie.

Que reste-t-il à faire pour dynamiser le secteur, selon vous ?

La principale différence entre les marchés financiers anglophones et francophones pourrait être la dilution et la modification des réglementations bancaires qui donnent effectivement du pouvoir aux startups Fintech ciblant les anglophones. De nombreux acteurs émergeront certainement à travers l’Afrique francophone, en particulier au Sénégal, lorsque nous aurons des réglementations favorables aux Fintech, comme au Nigeria, en Afrique du Sud et au Kenya.

Nous avons grand besoin de fournisseurs d’API financières et bancaires qui permettent à toute institution de devenir une Fintech et d’optimiser le temps et le coût de développement pour les fondateurs de startups qui n’ont généralement pas l’expertise technique nécessaire pour construire des solutions rapides et parfaites.

Au Sénégal par exemple, il n’est ni facile de construire une banque numérique de classe mondiale ni rapide de réagir aux tendances et aux opportunités du marché.

C’est pourquoi de nombreuses entreprises locales ont été fermées parce qu’elles ne pouvaient pas lancer ou construire en moins de temps de nouveaux produits et de nouvelles technologies. Alors que les entreprises internationales disposent déjà d’une solide pile technologique pour rester sur le marché et accroître leurs revenus avant que les entreprises locales basées sur des systèmes traditionnels ne comprennent le jeu de la Fintech. Aussi, tout ce qui reste à faire est de grandir et de s’adapter. Plus la capacité d’adaptation augmente, plus la place pour l’innovation augmente, ouvrant la voie à un avenir meilleur pour l’industrie FinTech en Afrique.

(Source : Social Net Link, 23 mai 2022)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)