twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Monétique : en Afrique, le digital l’emportera-t-il sur la carte ?

dimanche 28 juillet 2019

Le digital ou la carte ? La question se pose dans un contexte où, bien que l’usage des cartes progresse dans la consommation monétique, l’écrasante majorité des transactions en Afrique subsaharienne est réalisée via des solutions mobiles dont la cadence d’innovation s’accélère.

Dans les marchés d’Afrique subsaharienne, plus de 90% des transactions de paiement électroniques sont réalisées via des solutions digitales, selon les experts. Et ce n’est pas fini. Le secteur devrait poursuivre sa transformation sous l’effet d’une innovation technologique constante, souvent portée par les fintechs. D’ailleurs une startup tanzanienne, Nala -vainqueur de l’Ecobank Africa FinTech Challenge 2018-, en donne déjà l’exemple.

Son service permet le paiement mobile offline. Ces réalités rendent le digital tellement omniprésent dans l’industrie des paiements que même le traitement du sujet de la monétique en Afrique met souvent plus l’accent sur les solutions mobiles, un peu comme si la carte était sans impact significatif. De plus, l’expansion des géants mondiaux à travers le Continent et le déploiement des acteurs locaux est presque toujours en lien avec le digital. La carte est-elle menacée ou dépassée dans les marchés subsahariens ?

Tout sauf le cash

Dans les arcanes du secteur en tout cas, on refuse de parler d’adaptation à une consommation africaine de la monétique. « La carte ne peut pas et ne vas pas disparaitre », s’accordent à dire Blaise Akouantchédé et Valentin Mbozo’o, respectivement directeurs du GIM-UEMOA et du GIMAC. « L’objectif de la promotion des moyens de paiement aujourd’hui, poursuit Mbozo’o, est de digitaliser au maximum l’usage du cash. Ainsi, on veut ratisser large et permettre une plus grande utilisation de la carte chez les usagers susceptibles d’y être ouverts et du mobile chez les autres ».

Mais partout, le constat est le même : la monétique digitale est le grand favori de l’inclusion financière qui, rappelons-le, est l’un des objectifs cruciaux du développement durable de la Banque mondiale, auxquels le monde du business est appelé à prendre part activement. D’un point de vue pratique, l’avantage du digital réside dans le coût et le facteur temps. C’est rapide et peu coûteux dans un contexte subsaharien où obtenir une carte bancaire peut parfois nécessiter jusqu’à plusieurs semaines d’attente.

Leapfrog

Pour arriver cependant à faire évoluer simultanément l’usage de l’ensemble des outils de la monétique tout en réalisant l’inclusion financière, les acteurs du secteur comptent beaucoup sur les vastes projets d’interopérabilité (cartes, solutions mobiles et plateformes de transfert d’argent) en cours à l’Ouest et au Centre du Continent. Cela étendra le réseau des banques aux populations non bancarisées et élargira par ricochet le marché régional de la monétique. « Je suis convaincu qu’il n’est pas forcément nécessaire d’avoir le même parcours que le reste du monde. En Afrique, il y a des étapes qu’on peut sauter. C’est cela le leapfrog », nous explique Ahmed Coulibaly de ICS.

« L’une des raisons qui a retardé le développement de la carte dans nos économies, poursuit-il, c’est le déficit technologique. Avant, on n’avait pas d’outils pour la vulgarisation des cartes. Aujourd’hui, nous en avons, mais le mobile a eu l’ingéniosité de révéler une issue plus rapide pour résoudre la problématique de l’inclusion financière. Il y a donc des solutions 100% carte, 100% portefeuille électronique, mais aussi mixtes. A noter qu’on s’avance également vers la carte virtuelle. Il y a des endroits chez nous où la carte serait beaucoup plus propice, il y’en a d’autres où le mobile l’emporte. Il est question aujourd’hui de vulgariser les deux ».

Vulgariser les deux, c’est aussi ce vers quoi s’avancent désormais les marchés du nord du Continent. Alors que la carte y a historiquement plus de succès, la promotion des solutions de paiement digital se veut de plus en plus importante. De part et d’autre, toutefois, le volet sécurité des transactions bénéficie d’une attention toujours plus importe pour contrer efficacement la cybercriminalité.

Ristel Tchounand

(Source : La Tribune Afrique, 28 juillet 2019)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)