twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Modernisation de l’administration : Le Fichier unifié des données du personnel de l’Etat lancé

mercredi 24 mai 2017

La ministre de la Fonction Publique, de la Rationalisation des effectifs et du Renouveau du service public a présidé hier la cérémonie de lancement de la mise en production du Fichier unifié des données du personnel de l’Etat. Madame Viviane Laure Elisabeth Bampassy a loué les avantages de ce nouveau système de gestion des ressources humaines de l’administration sénégalaise.

La ministre a dit toute sa satisfaction de constater « cette réelle et grande révolution, fruit d’un travail de longue haleine ayant nécessité une collaboration étroite entre différents services de l’Etat ». Pour cette raison, Mme Bampassy a félicité les équipes du ministère des Finances, du Contrôle financier, du Secrétariat général du gouvernement, du ministère de la Fonction publique ainsi que l’Adie. Elle a aussi rappelé qu’avec « l’audit physique et biométrique, l’Etat s’est résolument inscrit dans une dynamique de maîtrise et de rationalisation des effectifs de l’administration publique, mais aussi de meilleure gestion de la masse salariale ». Et les « résultats de cette opération ont permis d’amorcer la mise en œuvre d’une politique volontariste de promotion et de développement des ressources humaines ».

Le ministre a aussi cité les mécanismes et outils pertinents de gestion issus de cette nouvelle politique comme le bureau d’enrôlement permanent qui consiste en l’enregistrement systématique, dans la valise biométrique, de tout nouvel agent recruté dans la Fonction publique et qui permet d’actualiser en permanence le fichier des agents, de sécuriser et de valoriser les données les concernant. Dans ce même sillage, Mme Bampassy a ajouté le Système intégré de gestion des ressources humaines de l’administration (Sirha), dispositif biométrique de gestion du temps de présence au travail installé dans cinq ministères pilotes.

Identification des agents modèles

La ministre de la Fonction publique, de la Rationalisation des effectifs et du Renouveau du service public a souligné qu’à travers « les données fiables qu’il permet de collecter tous les jours ouvrables, le Sirha contribue, entre autres avantages, à l’alimentation du fichier unifié ainsi qu’à l’identification des agents modèles parce que respectueux de leurs engagements vis-à-vis de la Fonction publique ; mais aussi et surtout le système à vocation, à terme à favoriser une meilleure distribution des ressources consacrées au paiement des indemnités d’heures supplémentaires ».

Mme Bampassy a ajouté que « la mise en production effective du Fichier unifié des données du personnel de l’Etat constitue, à n’en point douter, un puissant vecteur d’innovation, qui instaure un réseau d’échange dynamique entre différents systèmes de gestion des ressources humaines de l’administration d’Etat ». Elle a espéré que « très bientôt, les lenteurs administratives, qui constituent une des revendications les plus prégnantes des syndicats d’agents publics, ne seront qu’un vieux souvenir.

Dans un proche avenir, grâce à la mise en œuvre de l’interconnexion entre la Fonction publique et la Solde, les agents de l’Etat pourront, où qu’ils se trouvent, suivre en temps réel la gestion et l’évolution de leur carrière, ainsi que les incidences financières des actes d’administration les concernant ». Selon le ministre, l’administration trouve aussi son compte dans l’affaire car le fichier unifié permet de réaliser des économies réelles dans les budgets de fonctionnement des services impliqués et il induit des gains substantiels de productivité et de performance.

Son collègue du budget, Birima Mangara, est revenu sur l’importance du fichier unifié dans la gestion des ressources humaines, notamment la maîtrise de la masse salariale. De son côté, évoquant les aspects techniques du projet, le directeur général de l’Agence de l’informatique de l’Etat, Cheikh Bakhoum, a indiqué que c’est une plateforme entièrement développée par l’Adie, hébergée dans ses centres ressources et gérée par ses informaticiens et ceux du ministère chargé de la Fonction publique.

Mbaye Sarr Diakhaté

(Source : Le Soleil, 24 mai 2017)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)