twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Millicom va injecter 50 milliards Cfa pour booster Tigo

lundi 12 août 2013

Ça bouge beaucoup sur le ciel des télécommunications au Sénégal. Nos sources révèlent que le groupe Millicom compte injecter au Sénégal 50 milliards de francs Cfa pour améliorer son cœur de réseau et finaliser la mise en place de sa nouvelle puce 3G, technologie que les concurrents, Sonatel et Expresso ont fini d’expérimenter. Il s’agit d’un investissement supplémentaire qui concerne plusieurs pays où la multinationale est déjà implantée. Au total, on nous parle d’une enveloppe avoisinant les 700 millions de dollars, environ 350 milliards de francs Cfa. Il faut dire les débuts prometteurs de Tigo avaient laissé la place à une certaine baisse d’activité. Sonatel avait creusé son écart alors qu’Expresso, dernier opérateur à être arrivé sur la place, avait devancé au Sénégal la filiale de la multinationale Millicom, pourtant cotée à la bourse de Stockholm et présente dans plusieurs pays d’Afrique et d’Asie. Il faut dire que Tigo a eu quelques soucis avec l’État du Sénégal ; ce qui a relativement ralenti son rythme de croissance. Pour un contentieux dont l’origine remonte à l’attribution de la licence Sentel par le régime socialiste sous Abdou Diouf à environ 50 millions de francs Cfa (100.000 dollars).

Mais depuis 2012, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et la crise entre la société Millicom et l’État du Sénégal s’est atténuée. Pressé par le gouvernement, sous Wade, Millicom s’est vu obligée de refaire valider sa licence par les autorités sénégalaises compétentes. Il a donc été dû débourser 103 millions de dollars américains à cet effet, comme l’avait annoncé le Ministère sénégalais de l’Économie et des Finances. Mais la multinationale, malgré les apparences, avait tiré son épingle du jeu, car l’accord permettra à Tigo de proroger la validité de sa licence d’une décennie, jusqu’en 2028. De plus, Tigo bénéficiera des mêmes avantages que tous ses concurrents, dont la possibilité d’exploiter la 3G. Ce qui avait fait dire que Millicom était plutôt gagnant dans cette affaire. Milicom, qui avait entamé une procédure d’arbitrage au niveau du Centre d’arbitrage de la Banque mondiale (CIRDI) depuis 2008, devait la retirer. Le nouveau pouvoir lui ayant donné des assurances, Tigo qui avait cessé d’investir dans ses infrastructures au Sénégal, du fait du climat d’incertitude qui régnait autour de ses activités, revient donc.

(Source : Enquête, 1 2août 2013)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)