twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Millicom ou la preuve de la corruption

jeudi 11 février 2010

La firme Américaine connue chez nous en qualité de deuxième opérateur pour le mobile a fait passer dans la presse des allégations de nature à salir l’honorabilité et la réputation de deux de nos meilleurs fils et non moins espoirs de demain pour le pays. Il s’agit, bien, de Karim WADE et de Thierno Ousmane SY. Or, une simple lecture de l’accord passé en 1998 nous montre qu’une chèvre dont le prix sur le marché est cent mille francs a été vendue à mille francs. Est-ce cela l’honnêteté, la régularité ?

Par ailleurs, nous savons tous qu’en matière de corruption la règle est simple : plus on paye au corrompu, moins on paye pour le juste prix. En payant 100 .000 Dollars US (5O Millions CFA), soit dix mille fois moins, ce qui devait se payer 1Milliard de Dollars US (500Milliards CFA) la différence a logiquement, profité, d’une part, à Millicom (ce qui est incontestable) et d’autre part aux vrais tenants du régime d’alors.

Le Président WADE a-t-il passé l’éponge sur cet important manque à gagner pour l’Etat ? Lequel aurait dû, logiquement, déclencher une enquête parlementaire. Que deux de ses conseillers aient parlementé avant formalisation, pour le compte de l’Etat, ce n’est que logique. C’est, d’ailleurs, beaucoup plus qu’ils auraient du réclamer à l’opérateur SENTEL. Et c’est cette rectitude qui consiste à réclamer le juste pour l’Etat qui a étonné ! Pour ne pas dire que nos interlocuteurs en étaient surpris !

L’intérêt des USA n’est pas d’asphyxier notre économie, très chétive, du reste. Pour que Millicom puisse distribuer des centaines de millions de dollars de dividendes au détriment de nos malades. Malades auxquels les hôpitaux ne peuvent, souvent, offrir des choses aussi banales que du coton hydrophile ou du sparadrap d’une valeur de quelque cents.

Il est temps que Millicom et ses soutiens outre atlantique cessent de s’immiscer dans nos affaires intérieures. Car traiter de corrompues des personnalités politiques de premier choix consisterait à les amoindrir par rapport à leurs autres adversaires. Non, Millicom ! Le Trésor Public sénégalais a bien une adresse que vous avez trop tardé à connaitre. Alors qu’aujourd’hui il est temps !

M. Ahmed Khalifa Niasse, Président du Présidium du Front des Alliances Patriotiques(F.A.P), CAP21

(Source : Seneweb, 11 février 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)