twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Microfinance : Le Sénégal à l’heure du ‘Mobile banking’

vendredi 18 septembre 2009

Aucune piste n’est de trop pour développer la microfinance au Sénégal. Pour être dans l’air du temps, le ministère de la Famille, de la sécurité alimentaire, de l’entreprenariat féminin, de la microfinance et de la petite enfance a recours au téléphone portable. Le ‘Mobile banking’ permet de faire de la banque à distance pour desservir la clientèle.

A travers sa lettre de politique sectorielle sur la microfinance, le ministère en charge du secteur ambitionne, d’ici à l’année 2015, de favoriser l’accès à des services viables et durables à une majorité de ménages pauvres ou à faibles revenus et à des micro-entrepreneurs. Ce, grâce à des Sociétés financières décentralisées (Sfd) viables et s’intégrant dans le système financier national. Sous ce rapport, toute piste susceptible de lui apporter une plus-value ne sera de trop. Et pour être dans l’air du temps, l’utilisation du mobile pourrait contribuer à l’atteinte de cet objectif si l’on se réfère aux six millions d’abonnés recensés à travers le pays.

C’est ce qui ressort de l’atelier de restitution de l’étude d’opportunité sur le ‘Mobile Banking’. Un produit qui permet de faire de la banque à distance pour desservir la clientèle. Même si les expériences, connues jusque-là, ne sont pas si développées, ‘il faut reconnaître que l’utilisation du téléphone portable, pour effectuer des transactions financières, présente de nombreux avantages aussi bien pour l’institution que pour le client’, soutient le ministre de la Famille, qui présidait la cérémonie d’ouverture. Pour Ndèye Khady Diop, le recours au téléphone portable apparaît ainsi comme un moyen efficace pour renforcer l’inclusion financière et permettre un accès du plus grand nombre de Sénégalais à des services financiers de qualité, tout en permettant aux institutions financières d’être plus efficientes.

En outre, même si le directeur de la Microfinance compte sur cet instrument pour sécuriser les opérations et les transactions financières et élargir la portée, il n’en comporte pas moins des risques. C’est à la suite de Tafsir Amadou Mbaye que la représentante de la Coopération financière Allemande (Kfw) a souligné le manque de transparence dans les initiatives individuelles.Pour Suzan Darkals, le Mobile banking est une thématique très complexe qui comporte des risques. Selon elle, il est important de voir quelles sont les attentes des différents acteurs et comment trouver une solution mutualisée. Au cours de la restitution de cette étude, financée par la Coopération allemande, Mme le ministre de la Famille a annoncé le démarrage imminent de deux projets et programmes qui viendront compléter ce chantier. Il s’agit de l’extension de l’offre, à travers l’installation d’agences et de guichets dans les zones rurales et présentant des opportunités pour les Structures financières décentralisées. Et selon la direction de la Microfinance, cette extension sera accompagnée d’un important volet ‘recherche et développement de produits nouveaux’. Ce qui permettra d’assurer une jonction parfaite entre l’offre et la demande de produits et services, notamment la demande rurale.

La professionnalisation des Structures financières décentralisées, avec un accent particulier sur l’amélioration de la qualité des systèmes d’information de gestion, du contrôle interne, de la gouvernance au sein des institutions et de la qualité des ressources humaines complétera ce schéma du ministère de la Famille, de la sécurité alimentaire, de l’entreprenariat féminin, de la microfinance et de la petite enfance.

Ibrahima Diaw

(Source : Wal Fadjri, 18 octobre 2009)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)