twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Michel Boyon : « Les chaines de télé devront supporter des coûts de diffusion plus élevés »

vendredi 9 novembre 2012

En marge du séminaire du Réseau francophone des régulateurs des médias (REFRAM) Michel Boyon, le secrétaire permanent de cette institution explique les enjeux et les contraintes de cette transition. Selon lui, pour une transition réussie, il faut relever le défi du contenu des programmes, puisque le numérique suppose une profusion de chaines.

Michel Boyon, ces dernières années on a beaucoup parlé de la transition numérique dans l’espace francophone. Toutefois, tout le monde ne comprend pas de quoi il s’agit. Pouvez-vous l’expliquer de façon simple ?

J’ai vécu exactement la même chose en France, il y a quelques mois. Vous savez lorsqu’on a lancé le processus du passage du numérique en France, c’était il y a un peu plus de 3 ans, j’étais relativement inquiet parce que nous avions du mal à faire comprendre aux gens quel était l’intérêt du numérique. D’abord, le mot numérique même leur faisait peur. Numérique n’a pas encore de signification concrète chez eux, notamment chez les personnes les plus anciennes. Mais grâce à des efforts d’explication, d’information, de pédagogie, on a réussi à faire que les gens adhèrent à ce passage et aujourd’hui, les choses sont complètement maitrisées. Alors oui, il a fallu faire de l’accompagnement auprès des personnes âgées, des handicapés. Ce qu’on a réussi à faire en 3 ans.

La transition vers le tout numérique a certainement un prix à payer. Alors qu’est-ce que cette transition peut coûter aux pays d’Afrique ?

C’est extrêmement difficile à dire encore parce qu’il y a plusieurs catégories de dépenses. D’abord on a les chaines de télévision elles-mêmes vont avoir à supporter des coûts de diffusion, qui sont un peu plus élevé que les coûts de diffusion actuels. Deuxièmement, il va y avoir des efforts à faire pour enrichir les programmes qui sont diffusés aux téléspectateurs. Donc ça aussi, a un coût. Troisièmement, et c’est là, le coût essentiel - mais qui sera très limité dans le temps-, c’est comment expliquer aux habitants, leur faire comprendre ce que c’est que la télévision numérique, leur dire ce qu’ils doivent faire le jour où la télévision numérique arrive. Est-ce qu’ils doivent acheter un petit équipement supplémentaire pour recevoir la télévision numérique ? Comment ils doivent faire le jour même où la télévision numérique sera lancée ? Quelles sont les petites manipulations à faire ? Donc, il faut lui expliquer tout ça. Ce qui exige des campagnes d’information, de communication très importantes. Il faut aussi que pendant les jours qui vont précéder l’arrivée du numérique, il y ait des personnes qui aillent voir les personnes les plus âgées, les personnes un peu isolées et les personnes handicapées, pour bien leur faire comprendre quel est l’apport du numérique et comment ils vont pouvoir le maîtriser. Donc, il y a un coût effectivement.

Pensez-vous que les Etats sont prêts à débourser ne serait-ce que les fonds destinés à la communication ?

Il y a déjà des Etats d’Afrique qui ont dégagé un peu d’argent public pour financer ces actions d’information et d’accompagnement du public. Ils ont prévu l’équivalent de 50 à 70 millions d’euros. Il y a besoin effectivement d’un petit peu d’argent public et investir de l’argent intelligemment utilisé. Encore une fois, il y a beaucoup de choses derrière pour l’identité, l’activité économique dans les pays. Donc il ne faut pas hésiter.

Après cette transition quel sera l’organe habilité à octroyer les licences puisque, parfois l’octroi d’une licence n’est pas facile pour certains demandeurs ou se fait sur une base politique ?

Il y a des pays dans lesquels, c’est le régulateur qui le fait. Il y a d’autres pays dans lesquels, c’est encore le ministère qui le fait. Le sens de l’évolution liée à la transition numérique, c’est que ce soit le régulateur qui reçoive le pouvoir de choisir les chaines, de s’assurer qu’elles représentent quelque chose de mieux pour les téléspectateurs et qu’elles peuvent permettre d’assurer la pérennité sur le plan économique. Je crois que c’est vraiment vital que l’Afrique ne se prenne en main sur ce sujet. Elle en a les moyens. Elle a le potentiel humain pour passer au tout numérique. Il faut maintenant qu’elle continue à agir parce qu’elle a déjà commencé. Et surtout, il faudrait que ce soit elle-même qui réussisse cette transition vers le numérique.

Fredéric Atayodi

(Source : Le Sénégalais, 9 novembre 2012)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)