twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Médias sociaux en gestion d’urgences : On en parle à Dakar !

lundi 26 août 2013

Un expert fera une introduction sur les objectifs et méthodes et outils utilisés en cas de gestion d’urgence sur les réseaux sociaux. En effet, le domaine du secours et de l’assistance aux personnes en danger ou sinistrées est en train d’opérer une mutation profonde avec l’arrivée des médias sociaux comme moyen de suivi, de communication et d’organisation face aux risques et catastrophes majeurs.

C’est pourquoi Cédric Moro va lever un coin du voile sur cette nouvelle méthode de sauver des vies en utilisant le Web 2.0. L’introduction au MSGU est prévue le samedi 31 août de 14h à 17h dans les locaux de Jokkolabs à Dakar.

Il partagera également les études et opérations de soutiens virtuels menées dans les pays francophones, du cyclone Haruna à Madagascar à l’explosion de wagons d’hydrocarbures à Lac-Mégantic au Québec en passant par les inondations de Lourdes ou l’accident ferroviaire de Brétigny en France.

Pour rappel les les MSGU sont déjà utilisés avec succès par nombre d’organisations locales, nationales ou internationales.

Au Sénégal, on peut citer l’association Sunucause qui a fait un travail remarquable lors des inondations au Sénégal. l’association aide les populations démunies à travers les réseaux sociaux. Aujourd’hui, ces nouveaux médias, plus horizontaux et en réseaux que les moyens de communication traditionnels, permettent aux citoyens, comme aux organisations responsables des secours :

- d’enrichir en temps réel l’information disponible sur les événements dramatiques se déroulant sur le terrain,
- de diffuser instantanément des appels de détresse ou d’assistance, des consignes et des informations utiles,
- et de permettre une meilleure organisation et communication de la réponse civile.

(Source : Social Net Link, 23 août 2013)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)