twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Médias : L’Europe en marche avancée vers le tout numérique, quid de l’Afrique ?

dimanche 27 décembre 2009

La migration numérique dans la diffusion médiatique (télévision en particulier) est un sujet peu traité sur le continent africain, en Afrique de l’Ouest en particulier. En dehors de certains pays comme le Gabon, le Kenya, l’Afrique du Sud, peu de pays prennent des dispositions dans ce sens, alors que l’Union Internationale des Télécommunications a inscrit 2015 comme date butoir pour cette migration (Accord GEO6). La migration numérique dont on parle ici concerne le passage de la diffusion et de la réception du signal radiophonique (sonore et télévisuel) de l’analogique vers le numérique. Quels seront les impacts et les implications pour l’Afrique lorsque la production et la diffusion numérique cesseront au niveau international en 2015 ?

Depuis quelques années, l’Europe se prépare au tout numérique. La France passe au tout numérique par région. Après les expérimentations, le processus commence cette nouvelle année, et se bouclera en novembre 2011. A cette date, plus de diffusion analogique en France. En 2010, la région Alsace-Lorraine (Strasbourg, etc.) lance le processus et passera au numérique en février 2010. Ceux qui n’ont pas déjà une télévision adaptée, courent vers l’achat de décodeurs ou de nouveaux postes, afin de pouvoir recevoir sans problèmes le signal télévisuel en 2010. L’assemblée nationale française a adopté en décembre 2009 un texte de loi sur la fracture numérique et la télévision numérique qui, outre ses prescriptions sur le haut débit internet, traite donc du passage à la télévision numérique.

Quelles seront les conséquences, risques, et stratégies d’adaptation pour l’Afrique ? Il est certain que la majorité des citoyens africains, ne pourront pas bénéficier des subventions octroyées en Europe (et même prévues en Afrique du Sud) pour appuyer le passage au numérique. La « fonction de dépotoir » qu’assure de fait l’Afrique risque d’être encore assumée, car on verra sans doute une amplification des dons ou des recyclages des postes de télévision analogique usagés vers l’Afrique. Comment se passera la coopération dans les échanges de programmes avec le reste du monde ? La coopération (en particulier asiatique/chinoise, viendra sans doute au secours de l’Afrique en continuant à produire ou financer l’analogique mais, rester dans l’analogique nous ferme clairement les opportunités qu’offre le numérique. Et, quelque part, qui dit aide, dit dépendance. Quelles sont aussi les conséquences pour la radio-diffusion sonore, même si celle-ci semble moins impactée négativement ? Et pleins d’autres questions demeurent, en particulier pour les citoyens les plus démunis.

Il devient urgent que les intellectuels, professionnels et politiques africains commencent à bien comprendre le problème et à mettre en place des stratégies de contournement des risques, des plans de migration. En Afrique de l’Ouest en particulier, on commence à en parler mais la mise en place de plans d’actions spécifiques ne semble pas encore à l’heure du jour. Au Bénin, en mai dernier durant les élections des représentants des médias à la HAAC (Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication), cette question avait été abordée par quelques candidats, tout comme elle l’est sporadiquement par le gouvernement béninois. L’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) en partenariat avec l’Organisation Internationale de la Francophonie a organisé un atelier régional dans ce sens début décembre 2009 à Ouagadougou. De son côté, l’Institut Panos Afrique de l’Ouest a lancé une étude dans ce sens. Mais il est urgent d’accélérer la mise en œuvre concrète d’actions au niveau national et régional. Le sens de la fracture numérique est plus large qu’on ne le croit. Et malheureusement, il s’agira d’une nouvelle priorité de plus, dans un environnement économique déjà concurrencé par d’autres priorités urgentes de développement ...

Ken Lohento

(Source : IAFRIC, 27 décembre 2009)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)