twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Me Massokhna Kane, avocat de Walf Fm : "Worldspace fait du bluff"

mardi 23 mars 2004

Wal fadjri:Qu’est-ce qui est à l’origine du litige entre Worldspace et Wal fadjri ?

Me MASSOKHNA KANE : Wal Fadjri est lié à Worldspace par un contrat. Wal Fadjri est le propriétaire des programmes qui peuvent être considérés comme de la marchandise transportée dans un véhicule qui s’appelle le satellite (appartenant à Worldspace) vers les auditeurs qui sont à l’étranger. Wal Fadjri a toujours utilisé ce véhicule, qu’est le satellite, en payant le coût du transport (estimé à plus de 150 millions de francs Cfa par an) à Worldspace pour que les auditeurs puissent capter la radio gratuitement. Quand il s’est agi de renouveler le contrat ce année, Worldspace a décidé de crypter ces programmes qui appartient à Wal Fadjri, donc de les faire payer maintenant aux auditeurs. Worldspace dit à Wal Fadjri de continuer à payer le transport lors qu’il continue de vendre le programme aux auditeurs. Au début, il avait dit à Wal Fadjri : "on vous donne deux mille abonnements gratuits pour vous aider à amoindrir les coûts du transport". Mais chemin faisant, Worldspace a annulé cela pour dire à Wal Fadjri de s’occuper des abonnements, de donner les codes, d’encaisser le prix de ces abonnements mais aussi de continuer à payer. Et sur les huit euros que doivent payer mensuellement les auditeurs ce qui fait environ 100 euros par an vous aurez la moitié. Et Wal Fadjri a été obligé d’accepter cette proposition. Mais il a fini par se rendre compte que Worldspace France était en train de faire vendre le bouquet (de deux chaînes) dans lequel devait se trouver Wal Fm par d’autres personnes à son insu, sans que la radio soit payée. On a dit non. Il n’est pas possible que Wal Fadjri, qui est propriétaire de programmes, paie le transport par le satellite et que Worldspace encaisse les ventes de ses programmes. C’est une violation flagrante du contrat qui dit que l’argent des abonnements doit être équitablement partagé entre Wal Fadjri et Worldspace. Aujourd’hui, Wal Fadjri a décidé de saisir la Chambre d’arbitrage de Paris qui va dire qui a raison et qui a tort.

Wal fadjri : Quand est-ce que vous comptez saisir cette instance ?

Me MASSOKHNA KANE : Nous avons un délai d’un mois à compter de la notification qu’on a faite à Worldspace il y a quelques jours.

Wal fadjri : Worldspace a décidé de suspendre les programmes de Wal Fm à partir du 1er avril prochain. Que ferez-vous en cas de suspension ?

Me MASSOKHNA KANE : Nous pensons que ce sont des menaces. Ce serait une décision unilatérale, injuste et tellement grosse de conséquences que nous pensons que c’est du bluff. Parce que si M. Faye (ndlr, Badara Faye, représentant de Worldspace France, Ndlr) est assez déraisonnable et mal conseillé (parce que je suis sûr que s’il consulte son avocat, il lui dira de pas le faire), non seulement il va causer un grave préjudice à Walf Fm mais il va en causer également aux auditeurs. Encore une fois il faut rappeler que Walf n’a jamais voulu vendre son programme aux auditeurs de la diaspora.

Wal fadjri : Que se passera-t-il en cas de rupture ?

Me MASSOKHNA KANE:En ce moment, on sera en droit de réclamer des dommages et intérêts aussi bien pour Walf Fm que pour ses auditeurs. Je pense que raisonnablement les autorités de Worldspace ne franchiront pas ce pas. En tout état de cause, le contrat en son article 18 prévoit qu’on doit saisir la Chambre d’arbitrage de Paris. C’est ce que nous avons fait. Je ne pense pas qu’on puisse imaginer un seul moment que Wal Fadjri puisse avoir tort dans cette affaire parce que les clauses du contrat sont très claires. Mais M. Faye a l’habitude de faire accepter beaucoup de choses à Walf et maintenant il a vraiment dépassé les limites. Walf ne peut plus accepter ce qu’on veut lui imposer.

Mb. NGOM

(Source : Wal Fadjri 23 mars 2004)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)