twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Matilde Piard, Manager en médias sociaux aux USA : « Avec les médias sociaux, je me fais des soucis pour les journaux classiques »

vendredi 6 juillet 2012

L’ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Sénégal a organisé le 25 juin dernier une formation à l’intention des journalistes sur les médias sociaux. Une occasion saisie par Mme Matilde Pillard, manager en médias sociaux, basée aux Usa et animatrice de la formation, d’émettre des craintes sur l’avenir des journaux classiques sur le plan économique.

L’avenir économique des médias classiques est menacé avec l’émergence des médias sociaux. C’est une crainte formulée, lundi dernier à Dakar, par Mme Matilde Pillard, manager en médias sociaux. « Sur le plan économique, je me fais un peu de soucis pour les journaux classiques. Comment vont-ils, après, continuer à se faire de l’argent (publicité et vente) quand l’attention de leur public est de plus en plus dirigée vers Internet. Maintenant, il y a tellement de sites Web qu’on peut dire que ça devient de plus en plus difficile pour les journaux de « monétiser » leur produit », a dit l’experte en médias sociaux. La tendance, au Sénégal et partout dans le monde, c’est une explosion des médias sociaux. « Ce n’est que le début. Parce qu’il y a certains observateurs qui estiment que d’ici cinq ans, la majorité des Africains auront des téléphones dits intelligents, 3G etc. L’usage que l’on voit des médias sociaux ne sera que plus grand. De plus en plus de personnes auront accès à Internet à travers leur téléphone. C’est très important pour les journalistes de savoir se servir des médias sociaux pour leur avantage, dans le reportage et dans la diffusion de l’information qu’ils ont collectée », a ajouté Mme Pillard.

Toutefois, elle ajoute : « Je ne pense pas que le rôle du journaliste va changer. Ils vont continuer à être des hommes qui cherchent à expliquer le monde au public. C’est simplement les outils dont ils se chargent de faire cela qui vont sans doute changer », a soutenu la spécialiste des médias sociaux.

Aboubacar Sadikh Ndiaye, spécialiste en médias sociaux, consultant et formateur en Web, explique pour sa part, a révélé que d’après l’organisation nationale des télécommunications, 14% de la population sénégalaise utilise Internet quel que soit le support qui leur permet d’y accéder.

Harouna Fall

(Source : L’Observateur, 4 juillet 2012)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)