twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Massamba Sidy Seck, Manager de Megatel Afrik : "Le projet e-pharmacie va révolutionner le marché"

mercredi 1er juillet 2009

Venu d’Espagne, Massamba Sidy Seckvient de séjourner récemment à Dakar à la tête d’une importante délégation, pour participer à la grande réunion de la journée pharmaceutique du Sénégal. Cette visite a été aussi l’occasion pour les dirigeants de “Megatel Afrik” de poser des jalons vers la création d’une filiale africaine de cette entreprise. Rappelons que “Megatel Afrik” est une filiale africaine du « Branding Open Innovation » formé par Corporacio Megatel et Biton Sl. Il vise à mettre sur place une structure d’ingénierie et de consultance capable de prendre les problèmes technologiques en amont, afin de mieux orienter les choix de mise en service des réalisations prévues.

Comment comptez-vous vous y prendre ?

Megatel Afrik se propose de combler la fracture numérique entre le Nord et le Sud. Notre objectif sera d’effectuer un transfert technologique dans le domaine des Ntics en temps réel entre l’Europe et l’Afrique. Vous savez qu’actuellement le Monde des hautes technologies évolue de manière très rapide. Corporacio Megatel Afrik appartient au Groupe Megatro qui officie dans le domaine des technologique depuis 20 ans. Ce démembrement du groupe s’occupe spécialement de veille technologique. Je suis avec Corporacio Megatel Afrik depuis maintenant presque 5 ans. Presque tous les mois, on met en place une technologie nouvelle dans le domaine des Ntics. Et je peux vous assurer que la mise en œuvre de ces outils n’est pas du tout une mince affaire. Ce qui est cher, c’est l’étude et la phase test de l’effectivité de toute nouvelle technologie, parce que c’est beaucoup de temps qui est investi, avant de pouvoir mettre la technologie au service du client. Et, c’est à ce niveau qu’on retrouve l’opportunité de Megatel Afrik. C’est une structure qui passera de cette phase d’étude et test des nouveaux produits. Son seul travail sera certainement l’adaptation au contexte géographique et la localisation.

Que comptez-vous réaliser au Sénégal ?

On vient donc de visiter le Sénégal avec les partenaires techniques espagnols. Nous avons fait quelques établissements privés et publics. Nous nous sommes rendus compte que Le Sénégal est en train de faire les mêmes erreurs qu’il y a 15 ou 20 ans. C’est-à-dire, pour beaucoup d’installation réseau qu’on a vues, les techniciens ont pensé résoudre les problèmes du moment sans se projeter dans l’avenir. Ce qui fait que dans dix ans, par exemple, toutes ces installations seront remplacées. Et ainsi, il y aura un double investissement et un double travail. Alors qu’au moment de faire ces installations, ils pouvaient prévoir cela et faire une installation plus préventive, en même temps, donner au moins 15 ou 20 ans de vie de plus ou même plus. Tout comme on a remarqué qu’il y a avait beaucoup de chantiers. Je crois que les cellules informatiques et technologiques devraient orienter l’Etat dans le sens de la projection vers l’avenir. Je veux dire qu’aux mêmes moments où les travaux se font, il serait très astucieux de faire en même temps le câblage en fibre optique. Ainsi, dans 10 ans, le Sénégal sera obligé de le refaire. Ce sera un autre investissement et il faudra aussi voir qu’il y aura donc des investissements qui n’auront duré que 10 ans parce que nous serons obligés de retoucher encore toutes ces infrastructures qui ont occasionné beaucoup de dépenses. Nous on le sait. Parce que l’Espagne est passée par les mêmes erreurs. Mais du moment que l’erreur a été déjà corrigée pourquoi ne pas en profiter et ne pas faire les choses comme les Occidentaux l’ont fait il y a 10 ans  ? Il s’agit tout simplement de prendre les solutions, parce qu’elles sont déjà disponibles. C’est donc dans ce sens que Megatel Afrik compte travailler et offrir les solutions en temps réel. Dakar abritera le siège et constituera la base de rayonnement de la structure. Mais notre ambition c’est de couvrir toute la sous région.

Comment et quand comptez vous vous installer au Sénégal ?

Présentement, on propose des produits et services pour les pharmaciens et grossistes Il faut signaler qu’on ne vient pas pour vendre un produit à des pharmaciens ou des grossistes. Ce qu’on veut, c’est un partenariat « win-win » entre les garants de la profession pharmaceutique et « Megatel Afrik ». Ce qui veut dire qu’on ne leur vend pas un logiciel et partir. Ce qu’on voudrait c’est réfléchir avec eux sur tous les problèmes informatiques et télécoms du secteur et les aider à orienter leur effort dans tel ou tel sens afin qu’ils puissent être autonomes dans la gestion de leurs affaires. Dans un premier temps, nous leur offrons un logiciel de gestion officinal très point, conçu avec les derniers outils technologiques, une solution d’interconnexion et des services annexes dont ils ont besoin. Nous avons d’ailleurs assisté aux dernières journées pharmaceutiques du Sénégal pour les écouter et apporter les dernières retouches. Nous avons aussi rencontré quelques responsables de la Santé et de l’Universitaires. Nous travaillerons pour leurs offrir ce dont ils ont besoin.

Apport économique et création d’emploi ?

D’abord je dirai que le plus important, dans un premier temps, c’est d’arriver à mettre en place le projet « e-pharmacie » qui, s’il se réalise, sera d’un apport très important dans le secteur de la santé publique. Le projet e-pharmacie va révolutionner le marché. Si le projet de transfert technologique réussit son implantation, je pense que sur le plan économique les effets se feront irrémédiablement sentir. Car, tout comme le transport, les Communications et les Ntics en général, constituent des facteurs très importants dans le processus de développement économique d’un pays et de création d’emploi. C’est pourquoi le Président Abdoulaye Wade se bat toujours pour ça. Je le sais parce que je sais qu’il œuvre beaucoup dans le sens de la mise en œuvre d’une politique générale de la bonne mise en marche des Ntics en Afrique. Il est même à l’origine de la mise en marche du fond de coopération pour la réduction de la fracture numérique entre le Nord et le Sud dont il est membre actif.

(Source : Rewmi, 1er juillet 2009)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)