twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Maroc Telecom repart à la conquête de l’Afrique Centrale

vendredi 1er mars 2019

Depuis 2011, le groupe télécom du royaume chérifien affiche la volonté d’étendre ses activités à travers le continent. Après de nombreux succès enregistrés en Afrique de l’Ouest en 2015, son attention est cette fois tournée vers la sous-région Afrique Centrale où sa présence demeure minime. Avec le Tchad, se présente à nouveau une belle opportunité de corriger les échecs de 2012 et 2014.

Maroc Telecom a renoué avec son esprit conquérant. Le groupe Telecom négocie actuellement une entrée au Tchad. Le président du directoire du groupe Maroc Telecom, Abdeslam Ahizoune, a effectué à cet effet un voyage dans le pays le 19 février 2019 où il s’est entretenu avec le président de la République du Tchad, Idriss Deby. Au cours de l’audience qui lui a été accordé par le chef de l’Etat, il a exprimé la volonté du groupe télécoms de contribuer au développement du secteur numérique national. Actuellement, le Tchad est un marché télécoms encore en friche. Il est disputé par deux opérateurs, Tigo et Airtel, qui peinent à couvrir la totalité du territoire national avec leur réseau.

Actuellement, le Tchad est un marché télécoms encore en friche. Il est disputé par deux opérateurs, Tigo et Airtel, qui peinent à couvrir la totalité du territoire national avec leur réseau.

La 4G est certes disponible, mais pas encore dans toutes les parties du pays. La qualité de service demeure encore faible. En l’absence de données statistiques de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), les données rassemblées par Hootsuite et We are social dans leur Digital Report 2019 révélaient que le Tchad n’enregistrait que 37% de taux de pénétration mobile au mois de janvier 2019. Soit 5,7 millions d’abonnés sur une population estimée à 15,58 millions d’habitants. Le taux de pénétration d’internet est demeuré faible. 5% pour 779,200 internautes. Abdeslam Ahizoune voit, à travers ce contexte, une opportunité de contribuer au développement numérique du Tchad et de conclure l’entrée de Maroc Telecom sur ce marché qu’il convoite depuis 2014. Il avait pris part à l’appel d’offres international lancé par le gouvernement pour la privatisation de Sotel, l’opérateur historique tchadien. C’est le cabinet sud-africain Civitas Partners qui avait été retenu par le gouvernement tchadien comme conseiller financier exclusif dans cette opération qui s’était finalement éteinte.

Le Tchad pourrait permettre à Maroc Telecom de consolider sa présence en Afrique Centrale où il est déjà présent, mais dans deux marchés dont le taux de rentabilité à long terme reste quelque peu préoccupant.

Afrique Centrale

Le groupe est présent au Gabon. En 2007, Maroc Telecom a acquis 51% de l’opérateur télécoms public Gabon Telecom, détenteur à 100% de Libertis, sa branche mobile. En 2013, après l’acquisition de 53% de son actionnariat par Etisalat pour 4,138 milliards d’euros, Maroc Telecom a mis, en bonus, la main sur les six filiales africaines du groupe émirati en janvier 2015. Parmi celles-ci figurait Moov Gabon. En 2016, Maroc Telecom a procédé à la fusion de ses différentes unités pour former Gabon Telecom Mobile.

Gabon Télécom, leader avec 60% du marché.

Aujourd’hui, il est l’opérateur leader du marché télécoms national-près de 60% de part- qu’il dispute avec Airtel. Mais Maroc Telecom sait certainement que ce marché, d’ici quelques années, n’offrira pas une très grande marge de manœuvre pour une croissance de revenus. D’où la recherche de nouveaux territoires francophones où déployer son potentiel car même s’il finit par devenir le seul opérateur télécoms du pays, le Gabon qui n’est fort que de près de 2,2 millions d’habitants, pourrait rapidement atteindra le seuil de saturation.

En Centrafrique- le second marché d’Afrique centrale que Maroc Telecom a rejoint après l’acquisition des filiales d’Etisalat- l’environnement est certes riche en opportunités car beaucoup reste à faire pour développer le numérique dans le pays, mais il est encore très aléatoire au regard de la situation politique qui prévaut.

En Centrafrique, l’environnement est certes riche en opportunités car beaucoup reste à faire pour développer le numérique dans le pays, mais il est encore très aléatoire au regard de la situation politique qui prévaut.

Le contexte ne favorise pas les investissements et bride la pleine expression des capacités de chaque opérateur télécoms présent sur le territoire.

Centrafrique, seulement 5,4% d’internautes.

Le Digital Report 2019 de Hootsuit et We are social révèle que le pays affiche un taux de pénétration du mobile de 43%, soit 2,6 millions de consommateurs. Le taux de pénétration de l’Internet n’est que de 5,4% pour 256 400 abonnés. Dans le pays de 4,78 millions d’habitants que se disputent quatre opérateurs, Maroc Telecom est également conscient que la marge de manœuvre sera assez restreinte. L’on comprend aisément l’intérêt que le groupe avait manifesté pour le Cameroun.

En 2012, la société télécoms a tenté une entrée au Cameroun, actuellement l’un des grands marchés télécoms de la sous-région en termes de volume de population (aujourd’hui 24,37 millions d’habitants) et de développement de l’infrastructures télécoms qui laissent entrevoir un fort potentiel de croissance de l’activité mobile et des revenus. Mais le groupe qui bataillait pour l’acquisition de la troisième licence mobile du pays aux cotés de concurrents tels que Bharti Airtel et TSI s’était finalement vu rafler le précieux sésame par le groupe télécoms vietnamien Viettel qui opère actuellement dans le pays sous la marque Nexttel.

Finances

Maroc Telecom a largement les moyens de financer ses conquêtes. Le groupe a terminé l’année 2018 sur une très belle performance financière, au-delà de ses prévisions de croissance économique. L’entreprise affiche un chiffre d’affaires de 36 032 000 000 dirhams (environ 3,8 milliards $), en progression de 3,1% comparé à 2017. Le résultat net du groupe a crû de 2,3% par rapport à l’année précédente, pour se stabiliser à 6 005 000 000 dirhams (628 millions $). Des performances rendues possibles par un parc d’abonnés de près de 61 millions de clients, en hausse de 6,5% sur un an, tiré essentiellement par les segments du haut débit mobile et fixe au Maroc et dans les filiales.

Maroc Telecom a largement les moyens de financer ses conquêtes.

Au Maroc, l’opérateur historique et ses 19,1 millions de clients a généré un chiffre d’affaires de 21 414 000 000 dirhams (environ 2,2 milliards $), en progression de 4,6%. A l’international, le parc d’abonnés mobile est passé de 34 967 000 abonnés à 37 926 000. Les activités du groupe à l’International, ont généré un chiffre d’affaires de 16 041 000 000 dirhams (environ 1,6 milliard $), en croissance de 2,0% sur 1 an. Soit 44,52 % du chiffre d’affaires du groupe.

Maroc Telecom en Afrique en 2018

Mauritanie Opérateur : Mauritel Participation : 41% Date d’acquisition : 12 avril 2001 Position sur le marché : Leader Réseau : 3G+ Nbre d’abonnés : 2 45 200 Segment : mobile et fixe

Burkina Faso Opérateur : Onatel Participation : 61% Date d’acquisition : 51% le 29 décembre 2006 qui a été augmenté le 17 avril 2018 Position sur le marché : 2nd Réseau : 4G Nbre d’abonnés : 7 711 000 Segment : mobile et fixe

Gabon Opérateur : Gabon Telecom Mobile Participation : 51% Date d’acquisition : 9 février 2007 ; fusionné à Moov Gabon le 29 juin 2016 Position sur le marché : Leader Réseau : 4G Nbre d’abonnés : 1 637 000 Segment : mobile et fixe

Mali Opérateur : Sotelma Participation : 51% Date d’acquisition : 31 juillet 2009 Position sur le marché : 2nd Réseau : 4G Nbre d’abonnés : 7 389 000 Segment : mobile et fixe

Côte d’Ivoire Opérateur : Moov Participation : 85% Date d’acquisition : 26 janvier 2015 Position sur le marché : 3ème Réseau : 4G Nbre d’abonnés : 8 646 000 Segment : mobile

Bénin Opérateur : Moov Participation : 100% Date d’acquisition : 26 janvier 2015 Position sur le marché : 2nd Réseau : 4G Nbre d’abonnés : 4 279 000 Segment : mobile

Togo Opérateur : Moov Participation : 95% Date d’acquisition : 26 janvier 2015 Position sur le marché : 2nd Réseau : 4G Nbre d’abonnés : 3 405 000 Segment : mobile

Niger Opérateur : Moov Participation : 100% Date d’acquisition : 26 janvier 2015 Position sur le marché : 3ème Réseau : 4G Nbre d’abonnés : 2 485 000 Segment : mobile

Centrafrique Opérateur : Moov Participation : 100% Date d’acquisition : 26 janvier 2015 Position sur le marché : 3ème Réseau : 3G+ Nbre d’abonnés : 140 000 Segment : mobile

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 1er mars 2019)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)