twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Maroc/5G : Le grand rêve qui s’amorce

jeudi 8 octobre 2020

Au milieu de toutes les distorsions qu’a connues l’année 2020, le déploiement de la 5ème génération de technologie mobile ne passe pas sous les radars. Cette avancée technologique fait rêver et promet des projets considérés jusqu’à présent utopique, dans la perspective de révolutionner nos vies. La 5G ne fait pas pourtant l’unanimité, entre les opérateurs et agglomérats qui veulent se l’arracher et les détracteurs de ce réseau de téléphonie mobile, jusqu’à 100 fois plus rapide que son prédécesseur.

Présentée comme la rupture technologique du 21ème siècle, la 5G permet une amélioration des technologies existantes, en prolongeant les capacités de connexions et le débit de données de la 4G et du réseau Wifi. Toutefois, cette technologie soulève plusieurs questions chez les adeptes du modèle Amish et de la sobriété numérique, notamment concernant son usage, son impact sur la santé et sur l’environnement.

De la réalité augmentée, aux voitures connectées, en passant par la médecine et les villes intelligentes, les usages de la cinquième génération des standards pour la téléphonie mobile sont divers et concernent plusieurs secteurs, représentant ainsi une opportunité économique pour les acteurs de demain, face à la croissance exponentielle des usages de la télécommunication sans fil.

Avec un débit moyen de 100 Mégabit par seconde jusqu’à quelques Gigabit par seconde au fur et à mesure de son déploiement, et un délai de latence inférieur au millième de seconde, la 5G promet l’accélération de la vitesse de la transmission des données, avec à la clé l’amélioration considérable de la qualité des images et un téléchargement plus rapide des vidéos en très haute définition pour le grand public.

Les services basés sur les serveurs distants du cloud y gagneront également, ainsi les expériences de réalité virtuelle, qui consomment beaucoup de données, selon les spécialistes qui ajoutent que ce débit supplémentaire rendra le service mobile plus performant et permettra à beaucoup plus d’appareils, outre les smartphones, de se connecter au même réseau simultanément sans une baisse de signal.

Cette technologie va également profiter aux entreprises et modifier leur rapport avec la clientèle. Son très haut débit pourra faire communiquer les robots avec l’intelligence artificielle, maximiser les chaînes de production et de logistique, améliorer la vidéosurveillance et démocratiser le suivi médical à distance.

Les fabricants de smartphones devront particulièrement profiter de ce réseau, en déployant une nouvelle gamme d’appareils 5G, ce qui entraînera un bond en avant au niveau de leur vente. Selon le cabinet Strategy Analytics, au moins un milliard de smartphones 5G devraient être vendus d’ici cinq ans.

Au niveau de l’économie mondiale, cette technologie disruptive devrait avoir des conséquences en termes de croissance et de valeur ajoutée. La Commission européenne estime que les recettes produites dans le monde par ce réseau devraient représenter l’équivalent de 225 milliards d’euros en 2025.

La 5G pourrait générer une contribution économique de 3.600 milliards de dollars et 22,3 millions d’emplois dans le monde d’ici à 2035 sur l’ensemble de sa chaîne de valeur, d’après une étude menée par le cabinet IHS Markit, qui estime que ce réseau pourrait représenter un gain de 0,2 point de croissance annuelle à l’échelle mondiale entre 2020 et 2035.

Les finances des États devraient également tirer profit de cette innovation mobile. En effet, face à l’engorgement des bandes utilisées par le réseau 4G, la 5ème génération va utiliser des bandes plus larges, dont les blocs, qui autorisent des débits plus importants dans l’envoi et la réception de données, ont été déjà mis en vente par plusieurs pays européens.

En l’occurrence la France qui a mis aux enchères les premières fréquences 5G à destination de ses opérateurs nationaux, et a encaissé, selon l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep), une somme de 2,786 milliards d’euros, contre les 2,17 milliards d’euros attendus.

Plus énergivore que la 4G et plus controversée, la 5G est bien plus qu’une évolution générationnelle, elle représente avant tout une rupture avec les technologies précédentes et devra occasionner une transformation numérique dans plusieurs domaines, malgré les inquiétudes qu’elle soulève. Cette technologie laisse place à un nouveau monde qui se définit par d’innombrables possibilités et champs d’innovation, où les flux d’information et des données circulent en temps réel, offrant des réponses aux attentes et besoins du grand public, des entreprises et de l’économie.

(Source : Maghreb Arabe Presse, 8 octobre 2020)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 14 323 60 abonnés Internet

  • 14 016 086 abonnés 2G+3G+4G (97,85%)
    • 2G : 25,24%
    • 3G : 45,18%
    • 4G : 29,58%
  • 171 230 abonnés ADSL/Fibre (1,27%)
  • 133 954 clés et box Internet (0,94%)
  • 2 333 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,21%
  • Internet mobile : 98,73%

- Liaisons louées : 22 761

- Taux de pénétration des services Internet : 88,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 223 406 abonnés
- 182 809 résidentiels (81,83%)
- 40 597 professionnels (18,17%)
- Taux de pénétration : 1,37%

(ARTP, 30 septembre 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 18 630 276 abonnés
- Taux de pénétration : 114,94%

(ARTP, 30 septembre 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)