twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Marché des cartes de crédit téléphoniques : Alioune Sarr décrète la fin de l’importation

vendredi 28 décembre 2018

Les opérateurs de téléphonie mobile installés au Sénégal vont devoir faire recours aux entreprises sénégalaises pour leurs besoins de fabrication de cartes de crédit. C’est ce qu’a fait savoir, hier, le ministre en charge des Pme, Alioune Sarr, lors d’une visite dans une imprimerie de la place.

Avec une contribution à l’économie mondiale à hauteur de 4 000 milliards de dollars chaque année, le secteur des services gagne de plus en plus du terrain dans tous les pays. Au Sénégal, les autorités ont lancé une stratégie nationale pour la promotion de ce secteur. Et il y a un mois de cela, le chef de l’Etat avait inauguré Dakar Export Center. Un endroit qui permet de développer, au Sénégal, une grande industrie de services autour des salons et des foires. ‘’Demain, on peut voir le Salon de l’automobile à Dakar. Et au mois d’avril prochain, nous allons organiser un très grand salon international qui fera la promotion de l’industrie, des technologies de l’information et de la communication. Nous sommes en train, également, de travailler sur un salon sur les produits halieutiques’’, a annoncé hier Alioune Sarr, lors d’une visite d’une imprimerie de la place.

En réalité, le Sénégal est un très grand exportateur de produits halieutiques, à hauteur de 200 milliards par an. Donc, cette plateforme permettra, d’après le ministre du Commerce, de développer de très grands projets.

Sur sa lancée, le ministre du Commerce a reconnu que les services est un secteur de l’économie qui est le moteur de la croissance. Il est aussi identifié dans le Plan Sénégal émergent (Pse) comme étant un domaine très attractif. ‘’Nous sommes très heureux de voir de jeunes Sénégalais se lancer dans l’édition. Mais aussi dans la fabrication de cartes téléphoniques. Je lance un appel aux opérateurs téléphoniques (installés) au Sénégal pour qu’ils travaillent en partenariat gagnant-gagnant avec les Pme et Pmi spécialisées dans ce secteur. Parce que le gouvernement du Sénégal ne peut pas accepter que des opérateurs de télécoms, qui font leurs chiffres d’affaires au Sénégal, avec les Sénégalais, aillent importer des cartes téléphoniques ailleurs’’, a affirmé le ministre en charge de la Promotion des petites et moyennes entreprises.

Ainsi, Alioune Sarr a indiqué que le gouvernement mettra en place tout le dispositif pour dissuader ces opérateurs. ‘’Tout le monde doit contribuer à l’effort national pour le développement des Pme et Pmi dynamiques. Il y a des Sénégalais qui fabriquent des cartes électroniques. Donc, nous ne pouvons pas accepter que ces opérateurs aillent ailleurs où ils ne font pas leurs chiffres d’affaires, pour des raisons de coût et éliminent ces entreprises’’, a-t-il ajouté.

Dispositifs de sauvegarde

Sur ce registre, le ministre a fait savoir qu’il y a plusieurs facteurs, notamment celui de la dématérialisation et de l’importation. Toutefois, il a souligné que ses services agiront sur le dernier point. ‘’Nous travaillons avec nos collègues de l’Industrie et des Douanes, pour voir comment faire en sorte que des cartes téléphoniques importées en dehors de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) soient suffisamment taxées pour dissuader ces opérateurs de téléphonie qui seraient tentés de le faire. Je lance cet appel en toute responsabilité’’, a-t-il dit. Car, pour le ministre en charge des Pme, chacun doit jouer son rôle et ces entreprises doivent investir au Sénégal. Dès lors, il a relevé qu’il y a des leviers fiscaux et douaniers pour contraindre ces opérateurs.

En plus, l’Organisation mondiale du commerce prévoit des dispositifs de sauvegarde pour tout pays qui voit une industrie naissante menacée. ‘’C’est ce que font aujourd’hui le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l’Union européenne, etc. Notre responsabilité, en tant que gouvernement, c’est d’accompagner le tissu industriel. C’est à travers ces entreprises qu’on crée de l’emploi. Donc, nous mettrons en place des instruments légaux prévus dans les engagements internationaux du Sénégal, pour que chacun puisse apporter sa contribution au développement de l’économie nationale‘’, a poursuivi le ministre du Commerce.

Cependant, Alioune Sarr a aussi admis que, de plus en plus, les opérateurs de téléphonie utilisent des plateformes numériques pour recharger leurs cartes téléphoniques. ‘’C’est un secteur qui évolue très vite. Donc, en investissant dans les technologies, l’innovation, on arrivera à être compétitif’’, a-t-il affirmé.

Mariama Diémé

(Source : Enquête, 28 décembre 2018)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)