twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Manque de subventions, concurrence des chaines étrangères, etc. : Ces problèmes qui gangrènent les télévisions privées d’Afrique

mercredi 28 mai 2008

La plupart des télévisions privées d’Afrique ne reçoivent pas de subventions de leur Etat. Elles font face à des problèmes économiques accrus. Et les satellites leur compliquent davantage la vie.

En Afrique, la concurrence devient chaque jour un peu plus rude sur le petit écran. Le constat est fait par les patrons de chaînes privées réunis à Dakar les 26 et 27 mai 2008. La cause en est, expliquent-ils, l’arrivée dans l’espace audiovisuel d’une multitude de télévisions privées. Et l’émergence de satellites proposant des programmes venus d’ailleurs rend plus serrée cette compétition. Car, ‘les télévisions étrangères sont à la portée de tous et la concurrence extérieure étouffe les chaînes privées’, dénonce le directeur général de Digital Radio Télévision, Paul Soni-Benga du Congo, qui pointe également du doigt l’anarchie dans le secteur de l’audiovisuel dans son pays. Dénonçant une compétition interne mal organisée, le promoteur congolais souligne la faiblesse des recettes publicitaires, liée à un ‘marché étroit’ que se partage un nombre important de supports médiatiques.

Les télévisions africaines sont confrontées à d’autres types de tracas. Et selon certains directeurs, ces difficultés ne cessent de s’accroître de jour en jour. Les obstacles sont multiples et multiformes. Ils touchent les finances, les technologies et les ressources humaines. Pour le directeur général de Tv7 Togo, Joël Sodji, l’un des soucis majeurs des télévisions privées africaines, ‘c’est l’absence de subventions publiques’. ‘Quand les moyens financiers ne suivent pas, vous ne pouvez pas investir et donc pas possibilité d’avoir des ressources humaines qualifiées’, explique le Togolais. L’argent étant le nerf de la guerre, la capacité de production et à l’achat de contenus dépendent donc d’une bonne assise financière.

Pourtant une plus grande solidarité entre les chaînes du continent aurait permis d’atténuer les difficultés. El Hadji Ndiaye souligne qu’au Sénégal la ‘désunion entre télévisions privées accroît les ennuis’. Le patron de 2Stv a ainsi invité l’Association des producteurs et télévisions d’Afrique à faire face, de façon solidaire, aux problèmes de production et de fabrication d’images.

Fatou K. Sène

(Source : Wal Fadjri, 28 mai 2008)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)