twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Manobi le WAP au Sénégal

mai 2002

Après quinze ans passés au Cirad (Centre international de recherche agricole pour le développement), structure basée à Montpellier au service des pays émergents, Daniel Annerose, informaticien et biologiste de son état, a décidé de mettre les nouvelles technologies au service du développement. Pour l’instant boudée en Europe, le WAP trouve ainsi sa pleine justification au Sénégal. Installée dans la pépinière d’entreprises Cap Alpha de Montpellier, grâce à sa plate-forme de services en ligne, Manobi fournit en temps réel sur les téléphones mobiles les informations nécessaires à la gestion des marchés. L’agriculteur découvre les cours du jour pratiqués sur les cinq grands marchés de Dakar et peut ainsi ajuster sa cueillette. Quant aux dizaines de milliers de pêcheurs, ils peuvent s’informer du cours du poisson à l’export bien avant de mettre pied à terre.

Comment fonctionne le système ? Un certain nombre d’enquêteurs arpentent les marchés, terminaux mobiles en main. Ils engrangent les informations qui, enrichies de celles fournies à partir de la France via Manobi, alimentent ensuite le système. En partenariat avec Sonatel, l’opérateur local qui héberge également la plate-forme, des téléphones mobiles ont été distribués. La téléphonie mobile au Sénégal a pris le pas sur la téléphonie fixe et couvre 80 % du territoire. Le service est disponible depuis septembre 2001 pour 5 euros par mois pour les utilisateurs ayant les plus bas revenus. Manobi a déjà enregistré une centaine d’abonnés au Sénégal. Le potentiel est important : le secteur pêche représente environ 200.000 entités. De nouveaux services seront offerts afin de segmenter l’offre avec des abonnements qui pourront aller jusqu’à 50 ou 60 euros par mois. Les services qui seront également disponibles sur ordinateur permettront par la suite d’assurer les transactions, Manobi se rémunérant en percevant un pourcentage. Créée en octobre 2001 par six fondateurs, trois Européens et trois Africains, Manobi (25 emplois) devrait réaliser cette année un chiffre d’affaires de 700.000 euros. La société prépare une prochaine levée de capitaux car Daniel Annerose a une ambition panafricaine.

©Les Echos n°18648 du 05/2002

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)