twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Mamadou Vieux Lamine Sané, professeur à l’université de Montréal : « L’Uvs est en train de résoudre le problème de l’accès à l’enseignement supérieur »

jeudi 3 août 2017

Mamadou Vieux Lamine Sané, Professeur à l’université de Montréal, salue l’initiative de l’Université virtuelle sénégalaise (Uvs) qui, selon lui, est l’une des stratégies les plus importantes que le ministère de l’Enseignement supérieur a mises en place. Dans cet entretien, réalisé en marge de la cérémonie de dédicace de son livre intitulé : « La Gestion axée sur les résultats en éducation, les écoles secondaires en milieux défavorisés sur l’Île de Montréal », le 1er août, au siège de l’Uvs, le Professeur Sané, revient sur l’utilité de réformer le système éducatif pour le rendre plus efficace et accessible à tous.

Vous venez de publier un livre intitulé : « La Gestion axée sur les résultats en éducation, les écoles secondaires en milieux défavorisés sur l’Île de Montréal ». Qu’est-ce qui vous a motivé à écrire sur ce sujet ?

Vous savez, nous sommes dans un monde de plus en plus complexe. Ce monde est confronté à des difficultés économiques, sociales et les ressources des Etats ne suffisent plus pour faire face à ces difficultés. On remarque, dans les milieux défavorisés, que ce soit dans les pays développés comme le Canada ou nos pays en voie de développement, la réussite scolaire pose problème. Aujourd’hui, c’est un impératif, compte tenu de la masse d’argent que les Etats injectent dans le secteur, qu’on s’occupe de la réussite. Au Québec, parce que le livre a été écrit pour le système québécois, c’est depuis 2000 que le gouvernement a mis en place la Gestion axée sur les résultats (Gar) et ce dans tous les services. L’Education, comme on a l’habitude de le dire, demande plus de moyens, mais peu de résultats. C’est un monde assez difficile. Aujourd’hui, on n’a pas le choix, il faut inverser la tendance. Pourquoi nous devons renverser la tendance en éducation ? Parce que d’abord un système d’éducation n’a jamais était conçu pour les meilleurs élèves. Malheureusement, il y a encore beaucoup d’enseignants qui ne l’ont pas compris.

Le livre a été écrit pour le système québécois et vous avez pris comme exemple les milieux défavorisés au Canada. Ce pays a-t-il réussi la mise en œuvre de cette Gestion axée sur les résultats dans le domaine de l’éducation ?

Les milieux défavorisés au Canada sont particuliers, parce que frappés par la pauvreté. Les jeunes, majoritairement, sont des enfants d’immigrants. Lorsque les gens vont dans ces pays, souvent, ils y vont pour des raisons humanitaires. C’est extrêmement grave si les gens qui quittent les pays en voie de développement pour aller dans les pays développés n’arrivent pas à donner une éducation de qualité à leurs enfants. C’est pourquoi, le gouvernement du Québec a mis beaucoup d’argent pour s’occuper de cette clientèle vulnérable. Malgré ces dépenses massives, les résultats tardent à venir. Cela est devenu une préoccupation pour nous chercheurs de voir que la mise en œuvre de cette politique tant attendue n’arrive toujours pas à donner les résultats escomptés.

Avez-vous constaté que le gouvernement fait la même chose au Sénégal pour aider les milieux défavorisés à avoir accès à une éducation de qualité ?

Oui ! Quand vous lisez le Paquet (Programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence), il est bien écrit que le Paquet, sur la période 2013-2025, va se reposer sur la Gestion axée sur les résultats. C’est le ministre de l’Education nationale qui l’a écrit noir sur blanc. Donc nous partageons la même préoccupation. Dans notre pays, le Sénégal, la réussite scolaire est devenue une exception. Ce qui est inacceptable. Vous regardez les résultats de ces cinq dernières années, cette année, nous sommes à moins de 40% de taux de réussite. Vous voyez que c’est plutôt une exception la réussite, alors que c’est l’échec qui devrait l’être. Un système d’éducation n’a jamais été conçu pour prendre les meilleurs élèves. Un système d’éducation a toujours été conçu pour que tout le monde réussisse, y compris les enfants malades. Si on a autant d’échecs, c’est parce qu’il y a des problèmes à notre niveau, nous les adultes. C’est inacceptable qu’ailleurs les enfants réussissent en majorité et que dans nos pays, on a une culture de l’échec. Il est temps que cette tendance soit inversée.

Que faire pour inverser cette tendance ?

Pour inverser cette tendance, il faut une planification rigoureuse. A partir du plan stratégique du ministère de l’Education nationale, en passant par les inspections jusqu’aux écoles qui doivent mettre en place le projet d’établissement, on doit pouvoir permettre aux gens, de façon rigoureuse, de cibler les problèmes de chaque école, d’impliquer les parents et les enseignants et de s’assurer que les enseignements qui sont faits pour ces élèves soient pertinents et qu’on mette tous les efforts nécessaires pour que l’encadrement dont ces enfants ont besoin soit efficace et efficient pour la réussite des jeunes.

Le gouvernement a organisé des Concertations nationales sur l’avenir de l’enseignement supérieur à l’issue desquelles 78 mesures ont été édictées pour réformer l’enseignement supérieur. Vous avez aussi parlé du Paquet pour l’Education nationale. Est-ce à dire que la voie est déjà balisée pour changer les choses ?

C’est sûr qu’il faut remercier le ministre de l’Enseignement supérieur. Je ne le connais pas, mais il fait énormément d’efforts. L’Uvs est un exemple. Elle a été créée il y a seulement trois ou quatre ans, mais elle est en train de devenir une force incontournable dans le système universitaire du Sénégal. L’Uvs est en train de résoudre le problème de l’accès à l’enseignement supérieur et d’aller vers la qualité. Moi, à partir du Canada, je donne des cours ici et mes cours je les révise quatre à cinq fois ; ce que je ne fais même pas au Canada. Je passe par un processus de qualité parce qu’il faut que mes cours répondent à des normes de qualité avant qu’ils ne soient mis sur la plateforme. C’est une exigence que l’Uvs est en train de faire, parce que dans l’enseignement supérieur les gens se bombent le torse en se disant docteur, alors qu’on ne voit pas les résultats. Au Canada, si vous n’avez pas de résultats, on vous met dehors, quel que soit votre diplôme. Il est temps que les gens changent. A l’Uvs, à travers sa plateforme, il y a des enseignants qui apportent des cours qui sont rejetés, on leur demande de tout refaire. Or, si vous allez à l’Ucad ou dans les enseignements traditionnels, le professeur entre dans sa classe, raconte des salades et il n’y a personne qui contrôle.

Donc pour vous l’Uvs est aujourd’hui un modèle de réussite ?

Oui, c’est un modèle de réussite. L’une des stratégies les plus importantes que le ministre de l’Enseignement supérieur a mises en place, c’est l’Uvs. Quand vous allez dans les grandes universités canadiennes, l’enseignement à distance est la section la plus chère et la plus protégée. N’importe qui ne peut y entrer. Ils ont mis en place un processus très rigoureux pour les cours. C’est extrêmement très bien fait. Si nous réussissons à mettre en place un tel système, vous verrez que les gens, non seulement, vont apprendre, mais tout le monde aura accès à l’enseignement supérieur et un enseignement de qualité. De plus en plus, nous travaillons beaucoup sur des études de cas, mais pas sur un enseignement où on regarde le ciel et on fait des récitations, mais un enseignement collé à la réalité. Ainsi, lorsque l’étudiant sort de sa classe, il est capable, tout de suite, d’agir et de transformer quelque chose.

Vous dites qu’un système d’éducation n’est jamais conçu pour les meilleurs élèves, mais on a constaté qu’avec le système Lmd, le master est très sélectif. Donc vous êtes contre la sélection des meilleurs à ce stade de l’enseignement supérieur ?

C’est une aberration et je me bats pour que les gens comprennent que le système d’éducation n’est pas un luxe. Le problème de notre pays est que beaucoup de gens gèrent le système, mais ils ne sont pas des spécialistes en sciences de l’éducation. Avoir un doctorat et enseigner à l’université ne fait pas de vous un spécialiste des sciences de l’éducation. Depuis l’histoire du Sénégal, notre système n’a jamais été géré par des spécialistes en sciences de l’éducation. Les gens confondent l’élitisme à la qualité. L’élitisme n’a jamais été gage de qualité. Les gens n’ont rien compris parce que même les pays qui avaient des systèmes éducatifs élitistes ont dû abandonner. Malheureusement, nous avons copié sur la France. Regardez ce qui se passe en France. Cette année, le baccalauréat, c’est 99% de réussite. Nous sommes restés là à coller ce que nous avons copié. Jamais nous n’avons eu un débat sur ce système. Tranquillement, nous devons aller vers cette ouverture. Les universités doivent s’adapter aux jeunes. Ce n’est pas aux jeunes de s’adapter aux universités. Si les gens sont vraiment des spécialistes en éducation, ils devraient mettre en place des structures, des passerelles pour permettre à l’ensemble des Sénégalais d’accéder à un enseignement de qualité.

Quelles sont les propositions concrètes que vous avez formulées à travers ce livre pour un enseignement de qualité ?

Les propositions sont très concrètes. Quand vous voulez de la qualité, le noyau le plus faible et le plus important est la classe. Le professeur avec ses élèves, l’instituteur avec ses élèves, le professeur d’université avec ses étudiants, tout se passe à l’intérieur de la classe. Il faut revoir les méthodes d’enseignements. Aujourd’hui, les recherches sont tellement poussées en matière de pédagogie qu’il existe une panoplie de méthodes d’enseignement efficaces et on a réussi à montrer l’efficacité de ces méthodes. Est-ce que nous les utilisons ? Il me semble que non. Si on regarde ce qui se passe aujourd’hui comme résultats, on a l’impression que les gens ne font pas ce qu’ils devraient faire. Il faut revoir les méthodes d’enseignement et s’assurer que les enseignants utilisent les méthodes appropriées au niveau des évaluations, des apprentissages. Une évaluation est très complexe. Vous allez au Canada, les étudiants ont droit à des formules quand ils font l’examen. Au Sénégal, tu n’as pas droit à des formules. Dans les questions qu’on te pose, on doit savoir pourquoi je pose cette question ? Qu’est-ce que je veux vérifier auprès de l’étudiant ? Est-ce qu’aujourd’hui on a besoin de quelqu’un qui apprend par cœur des formules ? Non ! Lorsque vous aurez vos diplômes en entreprises, vous n’avez pas besoin d’apprendre par cœur des formules. Dans les lycées on interdit à l’élève d’utiliser des calculatrices. Or, quand l’élève sort, il utilise des calculatrices. Un professeur, ce n’est pas quelqu’un qui doit être heureux de donner des zéros, surtout mes collègues en mathématiques. Ici au Sénégal, on pense que celui qui donne le plus de zéros est le meilleur professeur. C’est dommage et ce sont des choses qui doivent changer.

Propos recueillis par Aliou Ngamby Ndiaye

(Source : Le Soleil, 3 août 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 251 251 251 236 236 236 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)