twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Mamadou Diop Decroix plaide pour le financement ’’non solvable’’ en infrastructures

lundi 13 octobre 2003

Le ministre de l’Information et de la Coopération panafricaine dans les Nouvelles technologies de l’information et de la communication, Mamadou Diop Decroix a plaidé, vendredi à Paris, pour le financement ’’non solvable’’ en infrastructures et équipements, dans le cadre de la société de l’Information.

Intervenant à l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) sur les ’’politiques culturelles dans les sociétés de savoir’’, M. Diop a insisté ’’sur la nécessité pour l’Afrique de trouver les moyens de financer la demande non solvable en infrastructures, équipements, formation et développement de contenus endogènes qu’impose la participation à la société de l’Information et que suppose le développement de Sociétés du Savoir’’.

A cet effet, le ministre revenu sur le principe de la solidarité numérique et la proposition d’un fonds de la solidarité numérique. Il doit être alimenté par des ’’contributions et des donations individuelles ou institutionnelles volontaires’’ impliquant le secteur public, le secteur privé et la société civile dans le cadre d’une ’’simplification des procédures, l’efficacité de ses interventions et la transparences de sa gestion’’.

M. Diop a préconisé que ’’le fonctionnement’’ du fonds et les ’’conditions pratiques de collecte des contributions et des donations volontaires ainsi que les modalités d’intervention dans les programmes définis’’ au niveau local, national, régional et international soient ’’l’objet d’une étude menée par un groupe de travail coordonné par les Nations Unies.

Abordant la question des politiques culturelles et de la diversité culturelle, M. Diop a expliqué que ’’la présence culturelle précède la diversité culturelle’’, ajoutant que ’’lorsque vous êtes exclus, vous ne pouvez apporter votre contribution à une quelconque diversité culturelle’’.

(Source : APS 13 octobre 2003)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 252 221 abonnés
- 210 908 résidentiels (83,62%)
- 41 313 professionnels (16,38%)
- Taux de pénétration : 1,51%

(ARTP, 30 juin 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 667 613 abonnés
- Taux de pénétration : 117,73%

(ARTP, 30 juin 2021)

FACEBOOK

3 900 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 3,2 millions

- Instagram : 1,2 million

- LinkedIn : 680 000

- Twitter : 148 400

(Hootsuite, Février 2021)